Terminale S 2016-2017
Kartable
Terminale S 2016-2017

La culture : introduction

I

La différence entre la nature et la culture

A

Loi de la nature et règles sociales

La nature, c'est tout ce qui est en nous par hérédité biologique ; la culture, c'est au contraire tout ce que nous tenons de la tradition externe.

Claude Lévi-Strauss

Entretiens avec Lévi-Strauss, Georges Charbonnier

1961

Il est possible, avec Lévi-Strauss, de mettre en évidence la distinction entre ce que l'Homme reçoit de la nature et ce qu'il reçoit de la culture. Dans cette citation, l'auteur met ainsi en évidence la différence entre l'héritage biologique, qui se fait indépendamment de l'Homme, et l'héritage culturel, qui suppose une activité d'apprentissage. Aussi peut-on distinguer les lois de la nature des règles sociales et culturelles : les premières ne sont pas apprises, tandis que les secondes sont liées à la pratique et à l'obéissance de règles sociales et culturelles.

B

La différence entre l'Homme et l'animal

Le mot “culture” dérive de colere − cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir, préserver − et renvoie principalement au commerce de l'Homme avec la nature, au sens de culture et d'entretien de la nature en vue de la rendre propre à l'habitation humaine.

Hannah Arendt

La Crise de la culture

1961

La culture apparaît comme ce qui différencie l'Homme de l'animal. Ainsi, comme le montre Arendt dans cette citation, l'Homme est l'être vivant qui entreprend un travail de transformation de la nature en vue de la rendre propre à l'habitation. À l'inverse, l'animal s'adapte à son milieu sans le transformer. En ce sens, la culture apparaît comme ce qui fait sortir l'Homme de l'animalité.

C

Le mélange du naturel et du culturel

Il est impossible de superposer chez l'Homme une première couche de comportements que l'on appellerait "naturels" et un monde culturel ou spirituel fabriqué. Tout est fabriqué et tout est naturel chez l'Homme, comme on voudra dire.

Merleau-Ponty

La Phénoménologie de la perception

1945

Si certains caractères permettent de distinguer l'Homme de l'animal, il n'est pas sûr que cette distinction puisse être comprise comme une opposition entre nature et culture. C'est ce que met en évidence Merleau-Ponty dans cette citation : pour lui, les sentiments comme les comportements qui paraissent les plus naturels ont en réalité le même niveau d'artificialité que les mots du langage choisis pour désigner des objets. L'intrication du naturel et du culturel en l'Homme est indémêlable : l'Homme est un mélange de nature et de culture. Il n'y a donc pas de sens à séparer ce qui, en l'Homme, relèverait de l'une ou de l'autre de ces catégories.

II

La nature de l'Homme

A

L'Homme à l'état originel

La statue de Glaucus

Dans le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, Rousseau utilise le cas de la statue du dieu Glaucus pour montrer que la nature originelle de l'Homme est méconnaissable. Cette statue, complètement transformée par l'effet, sur elle, de la mer, des orages, et plus généralement du temps, ne ressemble plus du tout à un dieu mais davantage à une bête féroce. Aussi, il est impossible pour celui qui la voit ainsi de savoir à quoi elle ressemblait au départ.

Comme pour la statue du dieu Glaucus, il est impossible, selon Rousseau, de savoir ce qu'était l'Homme avant d'être tel que nous le connaissons. Autrement dit, savoir ce qu'était l'état naturel de l'humanité, avant l'apparition et développement de la culture et de la vie en société, est impossible.

B

Les enfants sauvages

Les cas d'enfants sauvages

Un enfant sauvage est un enfant qui a été, pendant un temps prolongé, soustrait au contact des autres hommes ou de la culture humaine. Abandonné dans la nature le plus souvent pour des raisons économiques, celui-ci a pourtant réussi à survivre. C'est un phénomène qui a notamment fasciné le XVIIIe siècle. Le cas le plus célèbre d'enfant sauvage est probablement celui de Victor de l'Aveyron, dont l'histoire est racontée dans le film de François Truffaut, L'Enfant sauvage.

Ce que permet de penser ce cas d'enfant sauvage, c'est que l'acquisition de ce qui constitue la culture n'est pas inné : être humain, c'est-à-dire développer sa raison et ses capacités, dépend d'un travail et passe largement par la transmission qui se fait au sein de la société. En effet, on constate que l'enfant sauvage ne possède pas certains comportements typiquement humains. Par exemple, il n'est pas dérangé par la puanteur, le froid et la pluie ne lui sont aucunement insupportables. En revanche, il ne supporte pas la contrainte, il est incapable de parler, et il ne passe pas le "test du miroir", c'est-à-dire qu'il n'a pas vraiment conscience de lui-même et de son identité.
Ce que nous montre le cas des enfants sauvages, c'est que le milieu détermine ce qu'est l'Homme. Si un être humain évolue dans un milieu culturel, il deviendra un être culturel, s'il évolue dans un milieu naturel, il sera un être naturel.

C

L'Homme comme être en devenir

L'Homme, en tant qu'être rationnel, possède la faculté de cultiver, c'est-à-dire d'améliorer ses capacités (celles du corps et celles de l'esprit). C'est donc un devoir pour l'Homme, s'il veut devenir pleinement humain, de travailler à les cultiver.

Kant

Métaphysique des mœurs

1797

L'Homme se distingue des autres êtres vivants par la possession de la raison. Mais, pour porter ses fruits, la raison doit être cultivée. C'est ce qu'explique Kant dans cette citation. L'Homme n'est pas naturellement ou instinctivement cultivé : c'est par un effort sur lui-même et un dépassement de ses instincts que l'Homme devient humain. En se cultivant, et donc en faisant son devoir d'être rationnel, l'Homme devient meilleur.

III

La diversité des cultures

Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage.

Montaigne

Essais

1580

La notion de culture se construit très souvent en opposition à ce qu'elle rejette en dehors d'elle. Ainsi, la culture s'oppose à ce qui est sauvage ou barbare. C'est ce que met en évidence Montaigne dans cette citation : la notion de barbarie permet de qualifier des pratiques qui nous sont étrangères. C'est cette distinction entre peuples civilisés et peuples barbares que recouvre la notion de civilisation.

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.