Germinal, Etienne descend dans la mineExposé type bac

Il ne comprenait bien qu'une chose : le puits avalait des hommes par bouchées de vingt et de trente, et d'un coup de gosier si facile, qu'il semblait ne pas les sentir passer. Dès quatre heures, la descente des ouvriers commençait. Ils arrivaient de la baraque, pieds nus, la lampe à la main, attendant par petits groupes d'être en nombre suffisant. Sans un bruit, d'un jaillissement doux de bête nocturne, la cage de fer montait du noir, se calait sur les verrous, avec ses quatre étages contenant chacun deux berlines pleines de charbon. Des moulineurs, aux différents paliers, sortaient les berlines, les remplaçaient par d'autres, vides ou chargées à l'avance des bois de taille. Et c'était dans les berlines vides que s'empilaient les ouvriers, cinq par cinq, jusqu'à quarante d'un coup, lorsqu'ils tenaient toutes les cases. Un ordre partait du porte-voix, un beuglement sourd et indistinct, pendant qu'on tirait quatre fois la corde du signal d'en bas, "sonnant à la viande", pour prévenir de ce chargement de chair humaine. Puis, après un léger sursaut, la cage plongeait silencieuse, tombait comme une pierre, ne laissait derrière elle que la fuite vibrante du câble.

- C'est profond ? demanda Étienne à un mineur, qui attendait près de lui, l'air somnolent.
- Cinq cent cinquante-quatre mètres, répondit l'homme. Mais il y a quatre accrochages au-dessus, le premier à trois cent vingt.
Tous deux se turent, les yeux sur le câble qui remontait. Étienne reprit :
- Et quand ça casse ?
- Ah ! quand ça casse...

Le mineur acheva d'un geste. Son tour était arrivé, la cage avait reparu, de son mouvement aisé et sans fatigue. Il s'y accroupit avec des camarades, elle replongea, puis jaillit de nouveau au bout de quatre minutes à peine, pour engloutir une autre charge d'hommes. Pendant une demi-heure, le puits en dévora de la sorte, d'une gueule plus ou moins gloutonne, selon la profondeur de l'accrochage où ils descendaient, mais sans un arrêt, toujours affamé, de boyaux géants capables de digérer un peuple. Cela s'emplissait, s'emplissait encore, et les ténèbres restaient mortes, la cage montait du vide dans le même silence vorace.

Émile Zola

Germinal

1885

I

Une description naturaliste

  • La description que présente Zola dans cet extrait est naturaliste.
  • On remarque l'utilisation de termes techniques : "les berlines", "la cage", "moulineurs". Ce vocabulaire permet d'affirmer que Zola a fait des recherches précises sur le milieu minier avant d'écrire son roman. Il sait de quoi il parle.
  • Le cadre est réaliste. Zola explique le fonctionnement d'une mine et le travail des ouvriers. Il décrit précisément le fonctionnement de la descente, du câble.
  • Zola a en effet fait des recherches journalistiques pour écrire Germinal. Il a véritablement visité une mine et étudié le travail des mineurs et le fonctionnement de leurs outils. Ses carnets de notes ont d'ailleurs été retrouvés.
II

Une dénonciation des conditions de travail

  • Zola dénonce les conditions de travail des ouvriers.
  • Il met en avant leur misère : "pieds nus", "baraque".
  • Il rappelle à quelle heure ils se lèvent : "quatre heures du matin".
  • Les mineurs semblent être prisonniers : "la cage", "les verrous".
  • Les mineurs sont comparés à des animaux : "viandes", "beuglement", "chair humaine". Leurs conditions de travail sont inhumaines.
III

Le registre épique

  • La présence d'un registre épique souligne à quel point le travail des mineurs est difficile et même terrifiant : "bête nocturne".
  • Avec le champ lexical de la voracité, la mine est comparée à un monstre qui mange les hommes :"engloutir", "dévorer", "boyau", "vorace".
    Cela donne l'impression que les mineurs doivent se battre contre un être plus fort qu'eux. Le combat est inégal. La bête ne sent même pas passer les hommes. Pour elle, c'est "facile".
  • On note les hyperboles : "avalait par bouchées de vingt et de trente", "digérer un peuple".
IV

La fatalité

  • La mine est "profonde". On a l'impression de descente aux enfers, notamment avec l'abondance de l'obscurité.
  • Il y a aussi une idée de fatalité. La mort plane ("mortes", "ténèbres"). Le mineur se résout à risquer sa vie : "et quand ça casse ?" "Ah ! Quand ça casse..."
  • Il s'agit de quelque chose qu'on ne peut pas arrêter avec la répétition : "cela s'emplissait, s'emplissait encore", idée renforcée par les adverbes de répétitions "encore" et "toujours".
  • La mine est "toujours affamée", elle a toujours besoin d'hommes.
  • Le silence de la scène rappelle un silence de mort : "silencieusement", "vide".
V

Le point de vue d'Étienne

  • C'est le narrateur externe à l'histoire qui raconte la scène, mais on trouve également le point de vue d'Étienne qui permet de traduire son angoisse.
  • Étienne descend dans la mine pour la première fois. Il a peur de descendre, il demande quelle est la profondeur de la mine et ce qui se passe "quand ça casse". Ce sont des questions que se pose le lecteur. Comme Étienne, le lecteur découvre les conditions de vie à la mine.
  • Le point de vue d'Étienne permet de retranscrire la peur. Le lecteur a de l'empathie pour lui. Le point de vue du narrateur permet de lui faire comprendre que les conditions de travail sont inacceptables, et le point de vue d'Étienne d'avoir pitié des mineurs. Le texte allie donc les deux rôles de l'argumentation, convaincre et persuader.

Pourquoi cette description est-elle inquiétante ?

I. La mine, un monstre épique
II. L'angoisse d'Étienne
III. Le thème de la mort

Quelle description Zola fait-il du travail à la mine ?

I. Une description naturaliste
II. Une vision épique
III. Une atmosphère de fatalité

Comment Zola dénonce-t-il le travail des mineurs ?

I. Des conditions de vie lamentables
II. Un travail titanesque
III. Le risque de mourir

Questions fréquentes

Quelles sont les matières disponibles sur Kartable ?

Sur Kartable, l'élève accède à toutes les matières principales de la primaire au lycée, y compris pour les spécialités et les options. Mathématiques, physique-chimie, SVT, sciences, français, littérature, histoire, géographie, enseignement moral et civique, SES, philosophie, anglais, allemand et espagnol.
Inscrivez-vous

Les cours sont-ils conformes aux programmes officiels de l'Education nationale ?

L'intégralité des cours sur Kartable est rédigée par des professeurs de l'Éducation nationale et est conforme au programme en vigueur, incluant la réforme du lycée de l'année 2019-2020.
Choisissez votre formule

L'élève peut-il accéder à tous les niveaux ?

Sur Kartable, l'élève peut accéder à toutes les matières dans tous les niveaux de son choix. Ainsi, il peut revenir sur les notions fondamentales qu'il n'aurait pas comprises les années précédentes et se perfectionner.
Plus d'info

Kartable est-il gratuit ?

L'inscription gratuite donne accès à 10 contenus (cours, exercices, fiches ou quiz). Pour débloquer l'accès illimité aux contenus, aux corrections d'exercices, mode hors-ligne et téléchargement en PDF, il faut souscrire à l'offre Kartable Premium.
Plus d'info

Qui rédige les cours de Kartable ?

L'intégralité des contenus disponibles sur Kartable est conçue par notre équipe pédagogique, composée de près de 200 enseignants de l'Éducation nationale que nous avons sélectionnés.
Afficher plus

Qu'est ce que le service Prof en ligne ?

L'option Prof en ligne est un service de chat en ligne entre élèves et professeurs. Notre Prof en ligne répond à toutes les questions sur les cours, exercices, méthodologie et aide au devoirs, pour toutes les classes et dans toutes les matières. Le service est ouvert du lundi au vendredi de 16h à 19h pour les membres ayant souscrit à l'option.
Choisissez votre formule