L'Assommoir, La chute de CoupeauExposé type bac

Coupeau terminait alors la toiture d'une maison neuve, à trois étages. Ce jour-là, il devait justement poser les dernières feuilles de zinc. Comme le toit était presque plat, il y avait installé son établi, un large volet sur deux tréteaux. Un beau soleil de mai se couchait, dorant les cheminées. Et, tout là-haut, dans le ciel clair, l'ouvrier taillait tranquillement son zinc à coups de cisaille, penché sur l'établi, pareil à un tailleur coupant chez lui une paire de culottes. Contre le mur de la maison voisine, son aide, un gamin de dix-sept ans, fluet et blond, entretenait le feu du réchaud en manœuvrant un énorme soufflet, dont chaque haleine faisait envoler un pétillement d'étincelles.
- Hé ! Zidore, mets les fers ! cria Coupeau.
L'aide enfonça les fers à souder au milieu de la braise, d'un rose pâle dans le plein jour. Puis, il se remit à souffler. Coupeau tenait la dernière feuille de zinc. Elle restait à poser au bord du toit, près de la gouttière ; là, il y avait une brusque pente, et le trou béant de la rue se creusait. Le zingueur, comme chez lui, en chaussons de lisières, s'avança, traînant les pieds, sifflotant l'air d'Ohé ! les p'tits agneaux ! Arrivé devant le trou, il se laissa couler, s'arc-bouta d'un genou contre la maçonnerie d'une cheminée, resta à moitié chemin du pavé. Une de ses jambes pendait. Quand il se renversait pour appeler cette couleuvre de Zidore, il se rattrapait à un coin de la maçonnerie, à cause du trottoir, là-bas, sous lui.

Émile Zola

L'Assommoir

1877

I

Une description naturaliste de l'ouvrier

  • On remarque l'utilisation des champs lexicaux du travail et du matériel : "toiture", "toit", "gouttière", "maçonnerie de la cheminée".
  • Le vocabulaire est précis : "feuille de zinc", "établi", "tréteaux", "cisaille", "soufflet", "fer à souder".
  • La hauteur est importante : "là-haut", "là-bas sous lui".
  • Cette opposition entre le haut et le bas présage la tragédie à venir.
II

Un ouvrier expérimenté

  • Coupeau a l'habitude de son travail, il est un ouvrier expérimenté, idée soulignée par l'adverbe "tranquillement".
  • La comparaison avec un tailleur montre son savoir-faire.
  • L'expression "comme chez lui", qui est utilisée deux fois, souligne l'idée de familiarité entre Coupeau et son travail.
  • Coupeau est sérieux et appliqué. Il ne parle que pour donner une indication de travail.
  • L'apprenti est vu comme "cette couleuvre de Zidore" : c'est un reproche de Coupeau qui trouve le jeune homme trop désinvolte.
  • L'ouvrier travaille avec entrain : "Ohé ! les p'tits agneaux !"
  • La maîtrise des gestes est exprimée par les nombreux verbes d'action à la fin de l'extrait.
III

Vers la tragédie : la fin de journée

  • L'extrait évoque un moment symbolique, c'est la tombée de la nuit.
  • D'abord l'imparfait de l'habitude montre une action qui dure.
    Puis plus-que-parfait : "il y avait installé".
  • On note une progression avec la répétition de la même expression au début de chaque paragraphe des "dernières feuilles de zinc", "la dernière feuille de zinc".
  • La succession d'actions rapproche du moment fatidique.
  • Le lyrisme souligne la chronologie avec le "soleil de mai" de fin de journée, le "ciel clair" et le "rose pâle".
IV

L'idée de fatalité

  • L'idée de fatalité est présente avec l'expression : "Ce jour-là".
  • La lumière tient une place importante : "une pleine lumière", "le plein jour", "pétillements d'étincelles".
  • Toutefois, la sécurité semble compromise : toit "presque plat".
  • La narration évoque un déplacement vers le bas : "au bord du toit près de la gouttière".
  • La tombée du jour est aussi la chute de l'ouvrier.
  • Le rythme des phrases est marqué par des coupures, des phrases plus brèves ("Une de ses jambes pendait").
    Cela crée du suspense.

En quoi cet extrait est-il naturaliste ?

I. Des indications précises sur le travail
II. Le lyrisme
III. L'idée de fatalité

En quoi cet extrait est-il inquiétant ?

I. Une journée apparemment normale
II. L'aisance de l'ouvrier
III. Le thème de la fatalité

Comment Zola prépare-t-il la chute de Coupeau ?

I. Un ouvrier expérimenté
II. La fin de la journée
III. Le thème de la fatalité

Questions fréquentes

Quelles sont les matières disponibles sur Kartable ?

Sur Kartable, l'élève accède à toutes les matières principales de la primaire au lycée, y compris pour les spécialités et les options. Mathématiques, physique-chimie, SVT, sciences, français, littérature, histoire, géographie, enseignement moral et civique, SES, philosophie, anglais, allemand et espagnol.
Inscrivez-vous

Les cours sont-ils conformes aux programmes officiels de l'Education nationale ?

L'intégralité des cours sur Kartable est rédigée par des professeurs de l'Éducation nationale et est conforme au programme en vigueur, incluant la réforme du lycée de l'année 2019-2020.
Choisissez votre formule

L'élève peut-il accéder à tous les niveaux ?

Sur Kartable, l'élève peut accéder à toutes les matières dans tous les niveaux de son choix. Ainsi, il peut revenir sur les notions fondamentales qu'il n'aurait pas comprises les années précédentes et se perfectionner.
Plus d'info

Kartable est-il gratuit ?

L'inscription gratuite donne accès à 10 contenus (cours, exercices, fiches ou quiz). Pour débloquer l'accès illimité aux contenus, aux corrections d'exercices, mode hors-ligne et téléchargement en PDF, il faut souscrire à l'offre Kartable Premium.
Plus d'info

Qui rédige les cours de Kartable ?

L'intégralité des contenus disponibles sur Kartable est conçue par notre équipe pédagogique, composée de près de 200 enseignants de l'Éducation nationale que nous avons sélectionnés.
Afficher plus

Qu'est ce que le service Prof en ligne ?

L'option Prof en ligne est un service de chat en ligne entre élèves et professeurs. Notre Prof en ligne répond à toutes les questions sur les cours, exercices, méthodologie et aide au devoirs, pour toutes les classes et dans toutes les matières. Le service est ouvert du lundi au vendredi de 16h à 19h pour les membres ayant souscrit à l'option.
Choisissez votre formule