La difficile entrée dans l'âge démocratique : la Deuxième République et le Second EmpireDéfinitions

Ateliers nationaux

Les ateliers nationaux sont des lieux de travail, comme par exemple des entreprises ou des chantiers, ouverts par le gouvernement provisoire de la IIe République en 1848 dans lesquels les chômeurs sont employés et rémunérés par l'État. Cette mesure sociale permet à la IIe République de garantir le nouveau « droit au travail » qu'elle vient d'accorder aux Français.

Candidature officielle

La candidature officielle est mise en place sous le Second Empire pour biaiser les élections. Ce système consiste à présenter, notamment aux élections législatives, des « candidats officiels » qui sont sponsorisés par le régime impérial. Grâce aux « candidatures officielles », le corps législatif est largement composé de députés du parti de l'Ordre qui soutiennent la politique conservatrice de l'empereur.

Césarisme démocratique ou bonapartisme

Le césarisme démocratique ou bonapartisme est une manière de gouverner inspirée de la république romaine antique, dirigée par « César », et pratiquée par Bonaparte à la tête du Consulat de 1799 à 1804. Elle met en place l'autoritarisme d'un homme fort qui impose ses décisions politiques tout en conservant un lien direct avec le peuple, voire en lui faisant valider ses décisions. C'est de cette façon paradoxale que Louis-Napoléon Bonaparte gouverne.

Coup d'État

Un coup d'État est une prise de pouvoir illégale et menée au moyen de la force dans le but de faire chuter un régime politique et d'en installer un nouveau.

Parti de l'Ordre

Le parti de l'Ordre est un rassemblement politique composé de républicains conservateurs et de monarchistes qui sont favorables à un régime autoritaire dirigé par un homme fort et refusent le suffrage universel et les réformes sociales. À la tête du gouvernement et majoritaire à l'Assemblée, ce parti domine la vie politique sous la IIe République puis le Second Empire. Adolphe Thiers est l'un de ses dirigeants.

Plébiscite

Le plébiscite est un type de scrutin organisé à cinq reprises par l'empereur Napoléon III consistant à faire valider ses décisions par le peuple qui, au suffrage universel masculin, approuve par un oui ou désapprouve par un non une décision souvent déjà prise par le pouvoir. Napoléon III utilise surtout les plébiscites pour sonder sa popularité auprès des Français et leur donner l'illusion de la démocratie.

Président de la République

Institution inédite créée par la Constitution de la IIe République votée le 4 novembre 1848, le président de la République est élu au suffrage universel masculin pour un mandat de 4 ans, détient le pouvoir exécutif et nomme et révoque les ministres. En obtenant 75 % des voix à la première élection présidentielle le 10 décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte devient le premier président de la République française et s'installe au palais de l'Élysée.

Régime parlementaire

Le régime parlementaire est un régime politique dont l'organisation des institutions donne l'avantage au pouvoir législatif. Dans un régime parlementaire, comme c'est le cas à la toute fin du Second Empire à partir de 1869, le gouvernement est responsable de sa politique devant les représentants de la nation, c'est-à-dire les députés. Dans cette configuration, le gouvernement a besoin du soutien de la majorité des députés pour mettre en œuvre sa politique et, lorsqu'il perd ce soutien, il est contraint de démissionner.

République démocratique et sociale

La république démocratique et sociale est un type de république défendu par les républicains radicaux qui implique l'instauration du suffrage universel, le respect des droits et des libertés individuelles ainsi que la mise en œuvre de mesures économiques et sociales qui améliorent significativement les conditions de travail et de vie des classes populaires.