Les grandes étapes de la Première Guerre mondialePersonnages

-

Ferdinand Foch

(1851–1929)

Français

Il entame une carrière militaire après l'annexion de l'Alsace-Lorraine par les Allemands en 1871. Commandant de l'École supérieure de guerre en 1907, il contribue à former les nouveaux officiers et développe les stratégies dont la France s'inspire lors de la Première Guerre mondiale. En tant qu'officier supérieur, il participe à la bataille de la Marne (1914) puis à celle de la Somme (1916) avant de devenir chef d'état-major des armées en 1917 puis généralissime des forces alliées en 1918. Il est nommé maréchal le 6 août 1918.

-

Joseph Joffre

(1852–1931)

Français

Militaire de carrière, il sert dans les colonies et participe à la conquête de Madagascar et du Tonkin en Asie. De retour en France, il entre au Conseil supérieur de la guerre en 1910 tout en dirigeant l'état-major de l'armée. Il est commandant du Nord et du Nord-Est lorsque la guerre éclate et parvient à stopper les Allemands sur la Marne en organisant un repli stratégique des troupes. Il est nommé généralissime en 1915 puis maréchal en 1916. En 1917, il effectue une mission militaire aux États-Unis.

-

Thomas Woodrow Wilson

(1856–1924)

Américain

Historien et professeur de sciences politiques, il devient président des États-Unis en 1913 pour le parti démocrate. Il n'hésite pas à affronter le Congrès et à faire appel à l'opinion publique pour faire passer ses mesures. Dans le domaine de la politique étrangère, il veut faire de son pays une grande puissance mondiale. Grand défenseur de la paix et hostile au régime autoritaire allemand, il va petit à petit organiser une campagne de propagande pour pousser l'opinion publique américaine à s'engager dans le conflit mondial. Lorsque Wilson précipite son pays dans le conflit, c'est avec l'espoir que les États-Unis parviennent à empêcher les guerres ultérieures, comme en témoigne son discours des « quatorze points » de janvier 1918. À la fin de la guerre, Wilson n'approuve pas le traité de Versailles qui contredit plusieurs fois les « quatorze points ».