Etudier un texte ironiqueExercice fondamental

On donne le texte suivant extrait de Gargantua de François Rabelais :

Le bourg ainsi pillé, ils s'en allèrent vers l'abbaye dans un horrible tumulte, mais ils la trouvèrent bien verrouillée et bien close : aussi le gros de l'armée marchat-il vers le gué de Vède, à l'exception de sept compagnies de gens de pied et deux cents lances qui restèrent sur place et rompirent les murailles du clos pour gâter toute la vendange.
Les pauvres diables de moines ne savaient auquel de leur saints se vouer. À tout hasard, ils firent sonner au chapitre les chanoines. Là, on décida de faire une belle procession, à grand renfort de beaux psaumes et de litanies contre les embûches de l'ennemi avec de beaux répons pour la paix.
Il y avait alors à l'abbaye un moine cloîtré nommé frère Jean des Entommeures, jeune, gaillard, pimpant, enjoué, adroit, hardi, entreprenant, décidé, grand, maigre, bien fendu de gueule, bien avantagé en nez, bel expéditeur d'heures, beau débrideur de messes, beau décrotteur de vigiles, bref, pour tout dire un vrai moine s'il en fut jamais depuis que le monde moinant moina de moinerie, par ailleurs clerc jusqu'aux dents en matière de bréviaire.

Quelle est la cible visée par le texte ?

Quelle est la thèse défendue par le texte ?

Quels sont les procédés de l'ironie mis en œuvre ?

PrécédentSuivant