Devenir Premium
Se connecter
ou

Humanisme, réformes et conflits religieux Personnages

-

Calvin

Bibliothèque publique et universitaire, Genève via Wikimedia Commons

Calvin

10 juillet 1509 − 27 mai 1564

Royaume de France

Jean Calvin fait des études de théologie et de littérature à Paris, puis de droit. Entre 1531 et 1533, il rompt avec l'Église catholique et fréquente un milieu d'intellectuels humanistes et réformistes, sensibles aux écrits d'Érasme et de Luther. À cause des persécutions contre les protestants en France, il quitte Paris et s'installe en Suisse, à Genève. Après avoir été expulsé de la ville, il revient et construit alors sa doctrine protestante (le calvinisme). Chez les calvinistes, la Bible retrouve une place centrale, l'autorité du pape n'est pas reconnue et on ne conserve que deux sacrements : le baptême et la communion.
Les relations entre Calvin et Luther, d'abord amicales, se dégradent, car leurs doctrines divergent sur des points importants, comme la question du Salut de l'âme.

-

Érasme

wga.hu via Wikimedia Commons

Érasme

Années 1460 − 12 juillet 1536

Pays-Bas bourguignons

Érasme est un intellectuel, à la fois philosophe et théologien, qui fait partie des grands humanistes du XVIe siècle.

Après la mort de ses parents, ses tuteurs placent Érasme dans le monastère des chanoines de Steyn, en 1488. Il est ordonné prêtre en 1492. Sa réputation de brillant latiniste lui permet de devenir secrétaire de l'évêque de Cambrai. Il commence à écrire ses premières œuvres, fait le choix d'une vie indépendante et part à la découverte de toute l'Europe. Il voyage et séjourne en Hollande, en Angleterre, en Allemagne, en Italie, etc.

Il laisse une œuvre en latin considérable et une énorme correspondance. Il conseille à ceux qui veulent nourrir leurs réflexions de lire les textes des anciens.
Dans le domaine religieux, il combat l'intolérance et les excès de l'Église. Dans le domaine politique, il est pacifiste et condamne les conflits.
Certaines de ses œuvres sont encore publiées de nos jours, comme Les Adages et L'Éloge de la folie.

-

François Ier

Wikimedia Commons

François Ier

1494 − 1547

Royaume de France

François Ier est le roi emblématique de la Renaissance en France. Pendant les guerres d'Italie, il découvre l'art italien qu'il introduit alors en France : il rapporte d'Italie des statues antiques, des tableaux de grands peintres, comme Raphaël. Il fait venir à sa cour des humanistes et des artistes italiens, parmi lesquels Léonard de Vinci. L'architecture des châteaux de la vallée de la Loire et de l'Île-de-France, construits à cette époque, traduit cette influence. Dans le royaume de France, il consolide le pouvoir royal et étend son contrôle sur l'Église de France en obtenant la nomination des évêques. Du point de vue militaire, son règne est marqué par les guerres d'Italie qui continuent et sa rivalité avec Charles Quint.

-

Johannes Gutenberg

Wikimedia Commons

Johannes Gutenberg

Vers 1400 − 3 février 1468

Saint Empire romain germanique

Au Moyen Âge, les livres sont recopiés à la main par les moines : ce sont des objets rares et chers. Très peu de gens ont les moyens de posséder des livres manuscrits.

Au milieu du XVe siècle, Johannes Gutenberg met au point dans son atelier, à Mayence, un système révolutionnaire : des caractères d'imprimerie mobiles. À partir de 1434, il met au point des caractères en plomb puis les introduit dans un cadre pour composer des mots. Ils sont ensuite encrés puis imprimés sur une feuille avec une presse. Le premier ouvrage qu'il imprime entre 1450 et 1455 est une Bible.
Grâce à cette invention, les livres deviennent des objets plus faciles d'accès, plus nombreux et moins chers, se répandant dans les milieux cultivés.

-

Henri VIII

Wikimedia Commons

Henri VIII

28 juin 1491 − 28 janvier 1547

Royaume d'Angleterre

Henri VIII, roi de 1509 à 1547, se brouille avec le Pape qui refuse d'autoriser son divorce avec Catherine d'Aragon. Le roi passe outre, fait casser son mariage par l'archevêque de Canterbury et épouse Anne Boleyn en 1533. Le Pape déclare nul le deuxième mariage et excommunie Henri VIII.
En 1534, c'est la rupture : Henri VIII décide que les Anglais ne reconnaissent plus l'autorité du pape et que le roi d'Angleterre devient le chef de l'Église d'Angleterre.
Henri VIII supprime les ordres religieux et leurs biens sont confisqués au profit de la Couronne ou vendus. La population anglaise réagit peu, car le Saint-Siège comme les moines étaient peu appréciés.

-

Martin Luther

Wikimedia Commons

Martin Luther

10 novembre 1483 − 18 février 1546

Saint Empire romain germanique

Au début du XVIe siècle, l'Église est très critiquée. La décision du pape Léon X, qui a besoin d'argent pour construire la basilique Saint-Pierre à Rome, déclenche une crise qui divise les catholiques : pour trouver de l'argent, Léon X vend des indulgences (c'est-à-dire des pardons pour les péchés) qui assurent le Paradis à ceux qui les achètent. Cela provoque la colère du moine et théologien allemand Martin Luther qui dénonce les indulgences en 1517. La querelle dure trois ans.
En 1520, Luther rompt avec le Pape et fonde une nouvelle Église : l'Église protestante ou réformée.

  • Il ne conserve que deux sacrements (baptême et communion).
  • Il supprime le culte des saints et de la Vierge.
  • Il remplace les prêtres par des pasteurs qui ont le droit de se marier et d'avoir des enfants.
  • Il traduit la Bible du latin en allemand.
  • Il impose la messe en allemand.

Très vite, le nombre de protestants augmente et la nouvelle religion s'étend en Allemagne, encouragée par les princes allemands, mais aussi en Europe du Nord et en France.

-

Laurent de Médicis

Wikimedia Commons

Laurent de Médicis

1er janvier 1449 − 9 avril 1492

Cité de Florence

Florence, premier grand centre de la renaissance artistique italienne, est dirigée par la riche et puissante famille des Médicis entre 1434 et 1494. Ce sont des mécènes qui accueillent et subviennent aux besoins des plus grands artistes de leur temps.

Laurent de Médicis, surnommé le Magnifique (c'est-à-dire le Généreux), dirige la République de Florence de 1469 jusqu'à sa mort en 1492.
Tout au long de son règne, il finance des travaux de construction et d'embellissement de la cité, il invite à Florence de grands artistes, peintres, sculpteurs, auxquels il commande des œuvres destinées à embellir la cité et à décorer les palais. Il s'entoure de gens de lettres, de poètes, de musiciens.
Au cours de leur carrière, Léonard de Vinci, Sandro Botticelli et Michel-Ange sont des artistes qui ont été reçus à Florence et protégés par Laurent de Médicis.

-

Léonard de Vinci

Royal Library de Turin via Wikimedia Commons

Léonard de Vinci

15 avril 1452 − 2 mai 1519

Cité de Florence

Léonard de Vinci est un artiste peintre et un savant à la fois inventeur de génie en avance sur son temps, ingénieur et architecte.
Il s'intéresse à toutes les sciences, à l'anatomie humaine qu'il dessine avec une extrême précision, à la mécanique (il imagine des machines pour se déplacer dans les airs et dans l'eau : il dessine ce qui ressemble à des avions, des ailes volantes et des sous-marins).

Après des débuts prometteurs à Florence, il est invité à Milan à la cour des Sforza de 1482 à 1499. Il a de nombreuses fonctions, à la fois ingénieur, architecte, sculpteur et peintre. Durant cette période, il produit deux chefs-d'œuvre : La Vierge aux rochers et La Cène.
Quand Milan tombe aux mains des Français, il voyage un peu partout en Italie : Mantoue, Rome, Florence, et réalise des chefs-d'œuvre comme La Joconde (1503 − 1507). Léonard de Vinci laisse aussi de nombreux écrits et notamment son Traité de peinture (1508).

En 1516, il accepte l'invitation de François Ier et vient en France. Il est installé au Clos Lucé, un manoir à proximité du château d'Amboise. Il s'y éteint le 23 avril 1519.