Le travail de l'économiste, du sociologue et du politiste Cours

Sommaire

IL'économie, les sciences sociales et les sciences politiques : trois sciencesALe raisonnement et la démarche scientifiqueBLes outils statistiques1Les statistiques économétriques2Les statistiques sociales3Les discours et les sondages4La corrélation et la causalitéCLes enquêtes et les expériencesIINotions, concepts, théories et modèles des sciences socialesALes concepts et les notionsBThéories, courants et écoles de penséesIIIL'économiste, le sociologue, le politiste : des questionnements et des mécanismes variésADes questionnements liésBDes perspectives différentes1L'économiste2Le sociologue3Le politiste
I

L'économie, les sciences sociales et les sciences politiques : trois sciences

A

Le raisonnement et la démarche scientifique

La démarche adoptée en sciences sociales est une démarche rationnelle, scientifique. On observe des processus et des phénomènes :

  • On émet des hypothèses pour expliquer les faits et on construit des modèles explicatifs.
  • On vérifie ensuite par de nouvelles observations que les facteurs explicatifs fonctionnent dans d'autres situations et on précise les hypothèses de départ.
-

La rencontre de l'offre et de la demande sur le marché

Le modèle de l'offre et de la demande permet d'observer les processus de formation des prix en économie en mettant en lumière les liens entre le prix et les quantités offertes ou demandées d'un produit.

L'hypothèse selon laquelle les prix varient souvent en fonction des quantités offertes et demandées d'un produit donne lieu à la construction d'un modèle économique : la loi de l'offre et de la demande, que l'on vérifie dans certaines situations.

B

Les outils statistiques

Pour effectuer leurs recherches, l'économiste, le sociologue ou le politiste utilisent de nombreux outils statistiques et économétriques élaborés par des institutions d'État :

  • l'Insee en France ;
  • Eurostat en Europe ;
  • l'OCDE dans les pays développés, ou des organes particuliers : associations, journaux.
1

Les statistiques économétriques

Les économistes utilisent les statistiques économétriques pour créer leurs modèles de représentation des mécanismes économiques.

-
2

Les statistiques sociales

Les sociologues analysent des statistiques sociales pour mesurer certains phénomènes :

  • les inégalités scolaires ;
  • la mobilité sociale ;
  • les différences de représentation ;
  • les phénomènes de modes.
-
-
3

Les discours et les sondages

Les politistes analysent les discours, les sondages et les résultats politiques pour mesurer la façon dont les individus forment leurs idées et leurs préférences politiques.

Préambule
Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu'aux droits et devoirs définis dans la Charte de l'environnement de 2004.

En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples, la République offre aux territoires d'outre-mer qui manifestent la volonté d'y adhérer des institutions nouvelles fondées sur l'idéal commun de liberté, d'égalité et de fraternité et conçues en vue de leur évolution démocratique.

Article premier
La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.

La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales.

-
Les résultats des élections législatives françaises de 2012 dans les Yvelines, 7e circonscription

Ces outils statistiques nécessitent des savoir-faire spécifiques, notamment en mathématiques : calculs statistiques, équations à plusieurs inconnues, droite de régression, etc.

4

La corrélation et la causalité

Les économistes, sociologues et politistes cherchent notamment à identifier des corrélations, à déterminer des variables et des facteurs explicatifs. Parmi les corrélations, ils cherchent à mettre en évidence celles qui s'expliquent par des liens de causalité et à éliminer celles qui relèvent du hasard.

Corrélation

Une corrélation est un lien statistique entre deux phénomènes :

  • elle peut être positive : les deux phénomènes évoluent dans le même sens ;
  • elle peut être négative : les deux phénomènes évoluent dans des sens opposés.
Causalité

Une causalité est une corrélation dans laquelle une variable dépend de l'autre.

Si la consommation de produits alimentaires augmente lorsque le salaire d'un ouvrier augmente, on a une corrélation positive entre la consommation et le salaire.

On s'interroge donc sur l'existence d'un lien de causalité entre les deux phénomènes. Si la consommation ne change pas alors que le salaire augmente, on peut penser qu'il n'y a pas de lien entre les deux phénomènes.

Si, dans une classe d'âge, 72 % des personnes droitières obtiennent un niveau d'étude élevé (corrélation entre le niveau de qualification et le fait d'être droitier), cela ne signifie pas que les deux phénomènes sont liés par un lien de causalité. Il peut exister des corrélations liées au hasard ou à des variables cachées. Par exemple, il y a plus de droitiers que de gauchers.

Les outils statistiques servent le plus souvent à confirmer une causalité qui semble rationnelle et non pas à la repérer.

C

Les enquêtes et les expériences

L'analyse des données statistiques et leur formalisation mathématique sont devenues centrales dans de nombreux aspects des théories sociales, mais d'autres méthodes sont également utilisées.

Certains chercheurs préfèrent réfléchir à partir d'enquêtes ou d'expériences sociales ou économiques portant sur les comportements. Deux démarches peuvent être utilisées.

Démarche qualitative

La démarche qualitative repose sur l'enquête individuelle et l'explication en profondeur d'un phénomène particulier que l'on cherchera à généraliser.

Démarche quantitative

La démarche quantitative repose sur l'explication générale d'un phénomène global que l'on cherchera par la suite à préciser.

Ces méthodes quantitatives et qualitatives se conjuguent pour permettre aux chercheurs en sciences sociales de mieux comprendre la société et ses mécanismes.

II

Notions, concepts, théories et modèles des sciences sociales

Les sciences sociales partagent une partie de leur méthode et de leurs outils mais produisent des théories et des modèles qui leurs sont propres. Elles s'appuient sur des notions spécifiques et des concepts élaborés par les chercheurs et théoriciens. Ces concepts permettent de décrire ou d'analyser les phénomènes économiques, sociaux ou politiques et de mieux les comprendre.

A

Les concepts et les notions

Concept ou notion

Un concept ou une notion est une idée ou un contenu de pensée qui permet d'analyser ou d'expliquer des phénomènes.

Quelques notions et concepts en économie :

  • facteurs de production 
  • valeur ajoutée 
  • croissance

⇒ Pour décrire et d'analyser les mécanismes de la production des biens et services et les échanges des richesses.

Quelques notions et concepts en sociologie :

  • socialisation 
  • habitus 
  • division sociale du travail 
  • inégalité sociale

⇒ Pour comprendre les relations entre les individus et les groupes au sein de la société.

Quelques notions et concepts en sciences politiques :

  • pouvoir 
  • démocratie représentative 
  • légitimité 
  • justice sociale

⇒ Pour analyser les relations politiques au sein de la société.

Notions et concepts permettent aux économistes, sociologues et politistes d'élaborer des théories et des modèles explicatifs ou descriptifs des phénomènes sociaux.

B

Théories, courants et écoles de pensées

Les théories et modèles élaborés par les économistes, sociologues et politistes ont une double vocation :

  • comprendre les mécanismes et les lois qui régissent les comportements sociaux ;
  • permettre de mieux agir et de mieux organiser les sociétés.

Modèle

Un modèle est une représentation simplifiée d'un phénomène économique, social ou politique qui permet sa compréhension partielle et révèle une partie de ses mécanismes.

Théorie

Une théorie est un ensemble de connaissances et de modèles qui cherchent à expliquer un phénomène économique, social ou politique.

Dans chacune des disciplines (économie, sociologie, science politique) les modèles et théories forment un ensemble cohérent mais dans lequel les points de vue et les explications divergent. Cela donne naissance à des écoles de pensée et des courants parfois complémentaires, parfois opposés.

Quelques courants majeurs en économie :

  • courant néoclassique
  • courant keynésien
  • courant monétariste

Quelques courants majeurs en sociologie :

  • courant fonctionnaliste
  • courant interactionniste

Quelques courants majeurs en sciences politiques :

  • courant comportementaliste
  • courant néo-institutionnaliste
III

L'économiste, le sociologue, le politiste : des questionnements et des mécanismes variés

A

Des questionnements liés

Les chercheurs en sciences sociales réfléchissent à de nombreux mécanismes de la société. Ils cherchent à comprendre :

  • Le fonctionnement de la société et de ses principales institutions :

- le marché, la production, l'entreprise pour l'économiste ;
- la famille, l'école, le travail pour le sociologue ;
- l'État ou la justice pour le politiste.

  • Les mécanismes de fonctionnement de la société :

- production des biens et services ;
- élaboration des normes et des valeurs culturelles ;
- organisation politique, lois.

  • Les comportements individuels ou collectif :

- choix de consommation ;
- rôle social ;
- vote politique.

L'économiste, le sociologue et le politiste réfléchissent à partir de questionnements ou problématiques.

Quelques questionnements ou problématiques en sociologie :

  • Comment les normes sociales se transmettent-elles ?
  • Comment les statuts ou les rôles dans la société se fabriquent-ils ?
  • Pourquoi les inégalités se reproduisent-elles ?
  • Quelle place le travail, la famille ou les amis occupent-ils dans les relations sociales ?

Quelques questionnements ou problématiques en sciences politiques :

  • Comment les relations entre gouvernants et gouvernés s'organisent-elles, quel rôle les partis politiques jouent-ils ?
  • Comment les individus votent-ils ?
  • Comment l'État assure-t-il la justice et la cohésion sociale ?

Les questionnements sont souvent liés : les chercheurs en sciences sociales partagent des méthodes et des outils qui permettent d'éclairer les mécanismes entre eux.

Les jeux vidéo sont un phénomène qui peut être appréhendé selon :

  • Des mécanismes économiques : comment produit-on des jeux vidéo ? Comment l'industrie du jeu vidéo fonctionne-t-elle ?
  • Des mécanismes sociologiques : qui joue aux jeux vidéo ? Quelles influences les jeux vidéo ont-ils sur la société ?
  • Des mécanismes politiques : quelles lois encadrent la production et l'usage des jeux vidéo ?
B

Des perspectives différentes

Les sciences économiques, la sociologie ou la science politique sont liées car elles étudient les mêmes objets :

  • les normes et valeurs des individus et des groupes ;
  • leur culture et leur organisation sociale ;
  • leurs productions et leurs échanges ou leurs lois.

 

Toutefois, ces thématiques sont abordées selon des perspectives différentes.

1

L'économiste

L'économiste étudie la production, la répartition et la consommation des richesses dans les sociétés.

Les ressources naturelles ou humaines sont rares pour l'économiste car :

  • elles sont, pour la plupart, non reproductibles (les énergies fossiles) ;
  • on ne peut pas utiliser la même ressource simultanément pour deux choses différentes, ce qui oblige les sociétés à faire des choix individuels ou collectifs.

Un même terrain peut servir à l'élevage ou à l'agriculture.

L'économie en tant que science sociale, étudie donc l'allocation, c'est-à-dire l'usage choisi, des ressources naturelles ou humaines.

-
Keynes

Dans la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, l'économiste britannique Keynes met en lumière les mécanismes économiques qui lient la politique monétaire et l'activité économique. La théorie keynesienne a influencé les politiques de relance économique des pays développés durant plusieurs décennies.

 

2

Le sociologue

Le sociologue étudie les faits sociaux, c'est-à-dire les individus et les groupes en société, leur relation, leur action et leur représentation.

Le sociologue cherche à comprendre :

  • comment s'organisent et se transforment les sociétés ;
  • comment les individus et les groupes qui la composent interagissent les uns avec les autres.

 

Les sociologues postulent que les individus sont influencés dans leur identité, leur rôle et leurs comportements par les normes et valeurs de la société dans laquelle ils vivent (principe de socialisation) mais qu'ils contribuent également en retour à la transformer au cours du temps (principe de changement social).

-
Bourdieu

Dans Les Héritiers ou La Reproduction, les sociologues Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron mettent en avant les processus de reproduction sociale de la société française en analysant la façon dont la culture scolaire et classique est transmise inégalement selon les origines sociales des individus.

3

Le politiste

Le politiste étudie les relations du pouvoir et les faits politiques : les formes d'organisation politique, les acteurs et les comportements politiques.

Le mot politique est polysémique, il désigne à la fois :

  • le champ politique : l'ensemble des relations entre les acteurs du pouvoir ;
  • l'activité politique : l'engagement et le métier d'homme politique ;
  • l'action politique publique : l'ensemble des décisions et choix politiques d'un État ou d'une institution.
-
R. H. Dahl

Dans les ouvrages Qui gouverne ou La Démocratie et sa critique, le politiste américain R. A. Dahl étudie la façon dont se constituent les élites politiques autour de l'acquisition de compétences spécifiques (prestige, diplôme, réseau) et comment se forme le pluralisme des idées politiques.