Seconde 2016-2017
Kartable
Seconde 2016-2017

Les figures de style

I

Les figures d'analogie et de substitution

A

La comparaison et la métaphore

1

La comparaison

Comparaison

Une comparaison met en relation deux éléments de sorte à les rendre similaires sur un ou plusieurs points déterminés.

La maison montait haut vers le ciel comme une montagne.
Dans l'exemple précédent, le mot de comparaison "comme" permet d'établir une relation analogique entre deux objets.

La comparaison utilise un outil de comparaison. Les outils de la comparaison peuvent être :

  • Le(s) même(s) / la même
  • Pareil(les)
  • Comme
  • Différent(es)
  • Tandis que
  • Contrairement à
  • Autant ... que
  • Moins ... que
  • Plus que
  • Le plus
  • Le moins

Comme le champ semé en verdure foisonne,
De verdure se hausse en tuyau verdissant,
Du tuyau se hérisse en épi florissant,
D'épi jaunit en grain, que le chaud assaisonne

Joachim Du Bellay

Les Antiquités de Rome

1558

Différentes propositions sont comparées entre elles dans l'exemple précédent. L'outil de comparaison est l'adverbe "comme".

2

La métaphore

Métaphore

La métaphore met en comparaison deux éléments mais aucun outil de comparaison n'est explicite.

Sa voix est un chant merveilleux.
Dans l'exemple précédent, il n'y a pas d'outil de comparaison pour lier "voix" et "chant", c'est donc une métaphore.

Le plus souvent, seul le comparant est explicite. En effet, il n'est pas toujours nécessaire d'exprimer le comparé (c'est-à-dire l'élément réel, dénoté) pour comprendre la métaphore. Le contexte suffit.

Mais le vert paradis des amours enfantines.

Charles Baudelaire

Les Fleurs du Mal

1857

B

La personnification et l'allégorie

1

La personnification

Personnification

La personnification est une figure de style qui consiste à attribuer des caractéristiques humaines à ce qui ne l'est pas.

Le Rat hurle : "j'ai faim !"
Dans l'exemple précédent, il y a une personnification notable par la majuscule au mot "rat" et le fait que le rat parle (attribution à un animal d'une qualité humaine).

Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre ;
L'un d'eux, s'ennuyant au logis,
Fut assez fou pour entreprendre
Un voyage en lointain pays.

Jean de La Fontaine

"Les Deux Pigeons"

1678

Les deux pigeons semblent humains, puisque La Fontaine leur attribue des sentiments amoureux, l'ennui et l'envie d'entreprendre un voyage.

2

L'allégorie

Allégorie

L'allégorie rapproche une idée abstraite d'un élément concret du monde (objet, animal, personne, etc.).

La justice est souvent représentée par l'allégorie d'une balance

Si la personnification ou l'allégorie est un personnage qui tient un discours, celle-ci s'appelle une prosopopée. La prosopopée est le fait de faire parler ce qui ne peut pas parler.

Le cadavre ouvrit les yeux et hurla : "Je vous hanterai à jamais."
Dans l'exemple précédent, le cadavre est un personnage qui parle. On parle de prosopopée.

C

La métonymie et la synecdoque

1

La métonymie

Métonymie

Une métonymie est une figure de substitution qui remplace un élément par un autre qui lui est relié : la partie pour le tout, le contenant pour le contenu, le bâtiment pour la fonction, etc.

L'expression "boire un verre" est une métonymie. On ne boit pas vraiment le verre mais son contenu.

Ah ! quelle cruauté, qui tout en un jour tue
Le père par le fer, la fille par la vue !

Corneille

Le Cid

1637

Le père n'a pas vraiment été tué "par le fer" mais par une épée. Le fer désigne l'épée, il s'agit d'une métonymie.

2

La synecdoque

Synecdoque

Une synecdoque est une figure de substitution qui consiste à remplacer le tout par la partie ou l'objet par la matière avec laquelle il est fait. Le but est de donner à un mot un sens plus large ou plus restreint que son sens habituel.

Mon vélo a crevé.
Dans l'exemple précédent, "mon vélo" symbolise la roue. Le tout du vélo est donc utilisé pour parler d'une partie. C'est une synecdoque généralisante.

Le loup est un animal très silencieux.
Dans l'exemple précédent, le singulier "le loup" symbolise tous les loups. Une partie (un loup sur tous) est utilisée pour parler du tout (les loups). C'est une synecdoque particularisante.

La synecdoque est donc un cas particulier de la métonymie.

Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire, [...]
Trahit donc ma querelle et ne fait rien pour moi ?

Corneille

Le Cid

1636

Dans l'exemple précédent, "mon bras" est utilisé pour parler de tout l'être.

D

L'hypallage et la périphrase

1

L'hypallage

Hypallage

Une hypallage est une figure de substitution qui inverse les compléments et les noms dans une phrase.

Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire.

Alphonse de Lamartine

"L'Automne", Méditations poétiques

1820

"Rêveur" et "sentier" ne sont pas avec le mot adéquat. La logique voudrait qu'on les inverse.

Cette figure de style, assez rare, est surtout employée dans des textes poétiques.

2

La périphrase

Périphrase

Une périphrase est une figure de substitution qui remplace un mot par un groupe de mots de sens similaire.

"Le Nouveau Monde" désigne l'Amérique.

L'emploi de la périphrase n'est pas anodin. Il manifeste une démarche chez le locuteur : atténuer, préciser son propos, lui donner une tonalité comique ou ironique, etc.

II

Les figures d'exagération et les figures d'atténuation

A

Les figures d'exagération

Elles sont aussi appelées figures d'amplification.

1

L'hyperbole

Hyperbole

Une hyperbole est une figure d'exagération (ou amplification) qui intensifie un propos.

Souffrir le martyr
Dans l'exemple précédent, on exagère le propos.

Il existe divers moyens de construire une hyperbole :

  • En choisissant un mot de vocabulaire plus fort que le mot attendu
  • En employant le superlatif (le plus, le moins)
  • En employant des adverbes d'intensité (très, trop, etc.)
  • En faisant des comparaisons avec des éléments démesurés

Elle est forte comme un bœuf.
Dans l'exemple précédent, la comparaison est démesurée.

Le voilà entré : il rit, il crie, il éclate ; on bouche ses oreilles, c'est un tonnerre.

La Bruyère

Les Caractères

1688

Dans l'exemple précédent, l'énumération va jusqu'à une hyperbole avec la comparaison de la voix de l'homme à un "tonnerre".

2

L'énumération et la gradation

Énumération

L'énumération (ou accumulation) est une figure d'amplification qui consiste à faire une liste de mots de la même classe grammaticale, qui ont un thème commun. Ils sont séparés par des virgules. Le but est d'insister sur la même idée.

Il voyagea, il connut la mélancolie des paquebots, les froids réveils sous la tente, l'étourdissement des paysages et des ruines, l'amertume des sympathies interrompues.

Flaubert

L'Éducation sentimentale

1869

Gradation

Une gradation est une énumération dans laquelle chaque terme énuméré est plus fort que le terme précédent.

Je me meurs ; je suis mort ; je suis enterré.

Molière

L'Avare

1668

La gradation est donc un cas particulier de l'énumération.

3

L'anaphore

Anaphore

Une anaphore est une figure d'amplification qui fonctionne sur la répétition d'un mot ou d'un groupe de mots en début de phrase ou de vers.

Toujours aimer, toujours souffrir, toujours mourir.

Corneille

Suréna

1674

Il y a une horloge qui ne sonne pas.
Il y a une fondrière avec un nid de bêtes blanches.
Il y a une cathédrale qui descend et un lac qui monte.
Il y a une petite voiture abandonnée dans le taillis, ou qui descend le sentier en courant, enrubannée.

Arthur Rimbaud

"Enfance III", Illuminations

1873 − 1875

Rimbaud crée une sorte de comptine ou de berceuse en répétant ici "il y a", ce qui rappelle l'enfance.

B

Les figures d'atténuation

1

L'euphémisme

Euphémisme

Un euphémisme est une figure d'atténuation qui consiste à remplacer un mot par un autre mot ou un groupe de mots qui amoindrit le sens attendu.

Il est malentendant.
Dans l'exemple précédent, le propos est atténué, car ce que signifie vraiment l'expression est : il est sourd.

Cette figure d'atténuation est souvent utilisée dans le discours argumentatif, afin de ménager la susceptibilité du destinataire.

2

La litote

La litote appartient aux figures par atténuation, mais l'effet produit est une amplification.

Litote

Une litote est une figure qui exprime par la négation ou l'atténuation feinte, une idée qui s'en voit renforcée.

Il n'est pas méchant.
Dans l'exemple précédent, la négation est utilisée pour renforcer le propos. Ce que signifie vraiment l'expression est : il est gentil.

On reconnaît souvent la litote à la présence d'une double négation (parfois implicite).

C

Les figures d'opposition

1

L'antiphrase

Antiphrase

Une antiphrase est une figure par opposition qui formule une idée mais en exprime implicitement l'idée contraire.

C'est du beau travail !
Dans l'exemple précédent, l'antiphrase est utilisée pour exprimer le contraire : c'est une catastrophe !

Cette figure de style est souvent employée pour exprimer le registre ironique.

2

L'antithèse

Antithèse

Une antithèse est une figure d'opposition qui juxtapose deux idées ou deux phrases contraires.

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie.

Louise Labé

Sonnets

1555

3

L'oxymore

Oxymore

Un oxymore est une figure d'opposition qui associe deux mots de sens contraires dans une construction grammaticale (sujet/verbe, nom/adjectif qualificatif, verbe/adverbe, etc.).

Soleil noir de la Mélancolie.

Gérard de Nerval

Les Chimères, "El Desdichado"

1854

L'oxymore est donc un cas particulier de l'antithèse.

III

Les figures par construction

A

Le parallélisme

Parallélisme

Le parallélisme est une figure par construction qui présente la répétition d'une même construction grammaticale dans deux groupes de mots.

"Des trains sifflaient de temps à autre et des chiens hurlaient de temps en temps." (Raymond Queneau, Le Chiendent, 1933)
Dans l'exemple précédent, Raymond Queneau utilise un parallélisme syntaxique, cela donne un rythme poétique à la phrase.

On retrouve souvent cette figure dans les descriptions romanesques et dans le genre poétique.
Le parallélisme donne du rythme et peut servir à exprimer une amplification.

B

Le chiasme

Chiasme

Un chiasme est un parallélisme dont les termes sont inversés dans le second groupe de mots.

Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés.

La Fontaine

Fables, "Les Animaux malades de la Peste"

1678

Cette figure de style peut souligner un paradoxe, une opposition.

C

L'anacoluthe

Anacoluthe

L'anacoluthe est une figure par construction qui se caractérise par une rupture dans la construction grammaticale de la phrase.

"Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé." (Pascal, Pensées, 1666)
Dans l'exemple précédent, Pascal crée une rupture grammaticale pour renforcer son idée.

L'anacoluthe sert très souvent à exprimer la surprise.

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.