Diplôme, emploi, salaireCours

I

Le marché du travail et l'emploi

A

La population active et le marché du travail

Le marché du travail est le marché sur lequel s'échangent l'offre et la demande de travail. La population active constitue l'offre de travail et les entreprises la demande de travail. On parle de demandeurs d'emploi (les individus) et d'employeurs (les entreprises).

Dans une société, on mesure le taux d'emploi pour savoir si la population en âge de travailler est employée ou non.

L'emploi est un enjeu important de la société dans la mesure où le travail est un outil d'intégration dans la société, à la fois économiquement (par le salaire) et culturellement (il confère un statut et un rôle social).

Population active

La population active regroupe la population active occupée, c'est-à-dire l'ensemble des personnes exerçant un emploi et la population active inoccupée, c'est-à-dire les chômeurs (la population ne possédant pas d'emploi et en cherchant un). La population inactive est donc l'ensemble des personnes n'exerçant pas d'activité professionnelle et n'étant pas au chômage (les jeunes de moins de 15 ans ou les retraités).

Taux d'emploi

Le taux d'emploi est le rapport entre la population employée et la population en âge de travailler. Ce taux s'obtient par la formule :

\dfrac{\textcolor{Green}{\text{Population employée}}}{\textcolor{Blue}{\text{Population active}}}\times 100

En 2016, selon l'Insee, le taux d'emploi est de 90,16 % et la France compte 29,5 millions d'actifs dont 26,5 millions employés et environ 23,3 millions d'inactifs au sens économique (jeunes de moins de 15 ans et retraités).

La population active française en 2016 (en milliers, personne de 15 ans ou plus)

La population active française en 2016 (en milliers, personne de 15 ans ou plus)

© Insee

B

Emploi, qualifications et évolutions

Emploi

L'emploi est un contrat passé entre un employeur et un employé pour la réalisation d'un travail en échange d'une rémunération. L'emploi se divise entre emploi salarié (l'employeur est différent de l'employé et celui-ci touche un salaire) et l'emploi indépendant (l'employeur est son propre employé).

Qualification

La qualification est l'ensemble des aptitudes professionnelles demandées pour exercer un emploi. La qualification s'acquiert par l'obtention de diplômes et l'acquisition d'expériences.

L'emploi a connu depuis un demi-siècle de nombreuses transformations à la fois structurelles et conjoncturelles, notamment :

  • La salarisation : au cours du XXe siècle, le nombre de salariés a largement augmenté et l'emploi salarié est devenu le principal type d'emploi. En France, d'après l'Insee, les salariés représentent en 2016 près de 94 % de la population active employée.
  • La tertiarisation des emplois : le secteur tertiaire (les services) s'est développé au cours des Trente Glorieuses (1950−1980) avec la modernisation économique. Le secteur tertiaire occupe aujourd'hui 76,6 % de la population active, largement devant le secteur secondaire (20,1 %) et le secteur primaire (2,8 %).
-

© Insee

  • L'augmentation de la qualification : la qualification des emplois s'est également accrue avec l'essor de la scolarisation de masse (scolarité obligatoire jusqu'à 16 ans en 1959, collège unique en 1975). Seulement 20 % d'une classe d'âge obtient le baccalauréat en 1950, ce taux atteint aujourd'hui 80 %. Un même emploi est souvent occupé par une personne plus qualifiée aujourd'hui qu'autrefois. Le niveau de progrès technique et scientifique a rendu plus complexe l'obtention des compétences nécessaires à l'exercice de certains métiers.
-

© Insee

  • Les transformations de l'organisation et de l'environnement de travail : profondes transformations, formes du travail diversifiées (travail à la chaîne, travail en bureau, travail à domicile, à distance, etc.), nouvelles technologies (ordinateur, téléphonie, Internet) et automatisation des procédés (machines, contrôle assisté) ont modifié les pratiques professionnelles dans de nombreux secteurs.

Le travail de bureau s'est transformé avec l'apparition des « open spaces » et des espaces de « coworking ».

  • Les modifications de la législation du travail : le travail est encadré par des lois regroupées dans le code du travail qui fixe les principales règles : salaire minimum, temps de travail, congés payés, assurances santé et chômage. Le système légal du travail est régi par des conventions collectives qui fixent les règles à respecter dans chaque branche, secteur ou métier.

La législation du travail a été l'objet de luttes et de tensions entre les différents acteurs sociaux et politiques (État, syndicats, patronat).

Code du travail

Le Code du travail est un code de lois qui définissent les relations légales entre employeurs et employés.

C

L'essor du chômage

Chômage

Le chômage est la situation d'un individu sans emploi alors qu'il est en âge de travailler et qu'il cherche à travailler.

Taux de chômage

Le taux de chômage est le rapport entre le nombre de chômeurs et la population active totale. Il s'obtient par la formule suivante :

\dfrac{\textcolor{LimeGreen}{\text{Nombre de chômeurs}}}{\textcolor{Blue}{\text{Population active}}}\times 100

Précarité

La précarité est une situation de fragilité et de forte incertitude face à l'avenir. Elle empêche un individu, une famille ou un groupe d'assumer pleinement ses responsabilités et de bénéficier de ses droits fondamentaux. Rapportée à l'emploi, elle fait référence à l'augmentation du chômage et des emplois atypiques qui rend le parcours des actifs plus incertain et leur revenu plus irrégulier.

À partir des années 1980, le chômage de masse (supérieur à 5 % de la population active) connaît un essor durable en Europe et dans la société française.

Évolution du taux de chômage en France entre 1975 et 2015 (en % de la population active)

Évolution du taux de chômage en France entre 1975 et 2015 (en % de la population active)

© Insee

Le chômage est un phénomène très inégal qui touche davantage certaines catégories de personnes dans la société, notamment les jeunes et femmes peu diplômés et les personnes âgées, ce qui pose le problème de sa mesure.

Évolution récente du chômage selon les catégories professionnelles (en %)

Évolution récente du chômage selon les catégories professionnelles (en %)

© Insee

Il existe deux principales sources pour mesurer le chômage :

  • Le BIT (Bureau international du travail) : il mesure le nombre de chômeurs par des enquêtes et retient trois critères pour définir un chômeur : être sans travail, être disponible pour travailler, rechercher activement un travail.
  • Le Pôle Emploi : c'est un organisme français dont le but est de faciliter la recherche d'emploi et de gérer l'assurance chômage. Il définit 5 catégories de chômeurs différents (de A à E) appelés « demandeurs d'emploi » en fonction du type d'emploi occupé (court, long).

Les explications et les solutions à apporter pour lutter contre le chômage sont l'objet de débats entre les hommes politiques, les économistes et les chercheurs en sciences sociales, et aucun réel consensus ne se dégage.

II

Le diplôme et l'emploi

Les choix d'orientation, les évolutions du marché du travail, les besoins des entreprises et les choix des individus rendent complexe la relation entre diplôme et emploi.

A

Le diplôme, investissement en capital

La scolarité et les études doivent à la fois permettre à l'individu d'acquérir une culture citoyenne et des compétences valorisées dans le monde professionnel. Des liens importants existent donc entre le niveau de diplôme et l'emploi. Statistiquement, on constate que les catégories les plus diplômées sont en général moins touchées par le chômage et trouvent plus facilement un emploi et une rémunération élevée.

Les diplômes permettent alors :

  • un accès à l'emploi plus rapide ;
  • un emploi plus stable ;
  • une rémunération plus élevée ;
  • un statut plus valorisé.
-

© Insee

Le diplôme contribue au capital humain des individus, il fait donc l'objet de choix économiques et sociologiques.

Capital humain

Le capital humain détenu par un individu est l'ensemble des qualifications et compétences professionnelles qui permettent la création de richesses.

B

L'influence du milieu social

L'influence du milieu social et des relations sociales joue un rôle important dans les parcours scolaires et l'obtention d'un emploi. Statistiquement, on constate une certaine reproduction sociale des statuts et des métiers. Les catégories les plus favorisées ont tendance à transmettre à leurs héritiers les compétences nécessaires à la réussite scolaire et à l'obtention de diplôme, ce qui est plus difficile à réaliser pour les catégories les moins favorisées.

Reproduction sociale

La reproduction sociale est un processus sociologique de transmission des positions sociales et des façons de penser et d'agir d'une génération à une autre.

Répartition des diplômes selon les diplômes du père ; personnes âgées de 26 à 65 ans vivant en France métropolitaine

Répartition des diplômes selon les diplômes du père ; personnes âgées de 26 à 65 ans vivant en France métropolitaine

© Insee

C

L'accroissement du niveau des diplômes et ses conséquences

Les relations positives que l'on constate statistiquement entre le diplôme et l'emploi peuvent s'estomper ou être limitées pour de nombreuses raisons :

  • Un ralentissement de la production économique : le ralentissement de la croissance économique a rendu inutiles certaines qualifications, on parlera d'individus surdiplômés obtenant un emploi dont les compétences sont inférieures à celles maîtrisées.
  • Une transformation des emplois et des besoins professionnels : les transformations des métiers ont créé de nouveaux besoins mais également rendu obsolètes certaines qualifications.
  • L'augmentation des jeunes diplômés : elle entraîne une concurrence accrue entre eux sur le marché du travail. L'obtention d'un diplôme plus élevé d'une génération à l'autre ne signifie pas nécessairement l'accès à un statut ou un emploi plus élevé dans la société. Ce phénomène est appelé la déqualification.

Déqualification

La déqualification est le processus de déclassement d'un individu dont le niveau de diplôme et de compétences est supérieur à l'emploi et au statut obtenu dans la société.

D'autres éléments que le diplôme peuvent jouer un rôle important dans la recherche et l'obtention d'un emploi comme l'expérience, les relations, le lieu de vie.

III

Le salaire et ses déterminants

A

Le salaire et le niveau de qualification

Salaire

Le salaire est la rémunération que touchent les employés en échange de leur travail.

À l'échelle individuelle, le salaire varie selon plusieurs critères mais le niveau de qualification joue un rôle important dans le niveau de rémunération. On constate statistiquement une corrélation positive entre le niveau élevé de qualification et le niveau de rémunération.

Niveau de diplôme et salaire horaire moyen France; salariés de 18 à 59 ans à temps complet

Niveau de diplôme et salaire horaire moyen France; salariés de 18 à 59 ans à temps complet

© Insee, enquête sur la structure des salaires 2014

B

Les autres déterminants du salaire

La détermination du salaire peut également varier selon de nombreux autres facteurs comme :

  • L'âge et l'expérience : d'une manière générale, la rémunération a tendance à augmenter au cours de la carrière et avec l'acquisition d'expériences valorisées sur le marché du travail.
  • Le type de métier : certains secteurs sont plus rémunérateurs que d'autres en fonction du dynamisme de l'activité économique.
  • La taille de l'entreprise ou le lieu de travail : certaines entreprises, de par leur puissance économique, peuvent assurer une meilleure rémunération. Les métiers les mieux rémunérés ont tendance à se concentrer dans les métropoles ou les zones dynamiques (technopoles, pôle de compétitivité). Inversement, certains secteurs en crise voient leur rémunération s'abaisser (le travail agricole ou industriel non qualifié).

Les tableaux suivants présentent les déterminants du salaire hors diplôme en France, pour les salariés de 18 à 59 ans à temps complet.

-

© Insee

-

© Insee

-

© Insee

-

© Insee

Salaire minimum

Le salaire minimum est le seuil minimum autorisé par l'État en dessous duquel un travail ne peut être rémunéré légalement.

En France, en janvier 2019, le salaire brut mensuel minimum (SMIC) est de 1521,22 € par mois.