Seconde 2015-2016
Kartable
Seconde 2015-2016
I

Les caractéristiques formelles de la poésie

La poésie est un genre littéraire qui se reconnaît à sa dimension esthétique. Le poète recherche une certaine beauté de la forme du discours, par le jeu des sonorités, des rythmes et des images. Ce genre littéraire peut être écrit en prose ou en vers.

A

La mise en page

1

Le vers

La forme versifiée se compose de vers.

Vers

Le vers est une unité de sens écrite sur une seule ligne et dont le nombre de syllabes est déterminé.

Pour déterminer le vers utilisé (ou mètre), on compte le nombre de syllabes sur la ligne.

En français, le vers est déterminé en fonction du nombre de syllabes (chacune composée d'un son voyelle et d'au moins un son consonne) tandis que le vers anglais et le vers latin se comptent en nombre de pieds (association de sons courts et de sons longs)

Le premier vers du "Pont Mirabeau" de Guillaume Apollinaire est un vers de 10 syllabes, c'est-à-dire 10 associations d'un ou deux sons consonnes avec un son voyelle.

Il existe différents types de vers réguliers (c'est-à-dire qui se répètent tout au long du poème). La plupart contiennent un nombre pair de syllabes :

  • L'hexasyllabes contient 6 syllabes.
  • L'octosyllabe contient 8 syllabes.
  • Le décasyllabe contient 10 syllabes.
  • L'alexandrin (parfois aussi appelé dodécasyllabe) contient 12 syllabes.

Pour dissocier les syllabes dans un vers, il faut prendre en compte la position des "e" :

  • Le "e" en fin de vers ne compte pas. La consonne qui le précède va avec la syllabe précédente.
  • Le "e" en fin de mot et suivi d'un mot qui commence par une voyelle ne compte pas non plus. La consonne qui le précède emporte avec elle la voyelle du début du mot suivant pour former une seule syllabe.
  • Le "e" en fin de mot mais suivi d'un mot qui commence par une consonne compte. Ce "e" est compté avec la consonne qui le précède.

Le premier vers du poème "Le Cimetière marin" de Paul Valéry est : "Ce toit tranquille, où marchent des colombes". Ce vers mesure 10 syllabes, il s'agit donc d'un décasyllabe.
Le "e" en fin de "tranquille" disparaît et les "ll" absorbent dans la même syllabe le "où". De plus, le "e" de "colombes" ne compte pas, si bien que le "b" appartient à la même syllabe que "lom" qui le précède.

Par ailleurs, afin d'obtenir des vers réguliers ou donner un effet particulier au vers, le poète peut décider de jouer sur la longueur des sons voyelles composés de deux voyelles et que l'on nomme les diphtongues.

Diérèse

La diérèse sert à distinguer deux voyelles qui se suivent et en faire deux syllabes ([ia] devient [i]-[a]).

Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Guillaume Apollinaire

"Le Pont Mirabeau"

1913

Pour obtenir un nombre de syllabes pair, le vers 2 oblige à séparer [io] dans "violente" en 2 syllabes distinctes. À la lecture, il faut insister sur ce mot.

Synérèse

La synérèse, à l'inverse, sert à considérer que deux voyelles qui se suivent forment une seule syllabe.

La Cigogne au long bec n'en put attraper miette.

Jean de La Fontaine

"Le Renard et la Cigogne"

1668

La synérèse, en plus de rétablir un nombre pair de syllabes, permet de réduire le temps de lecture du mot "miette", ce qui ajoute à l'idée de petite quantité.

2

La strophe

Parfois, la mise en page du poème sépare les vers en groupes, en laissant des espaces blancs entre certains d'entre eux.

Strophe

La strophe est un groupe de vers placés entre deux espaces blancs.

"Demain dès l'aube" de Victor Hugo se compose de trois strophes, chacune comportant quatre vers.

Il existe différents types de strophes, en fonction du nombre de vers qu'elles comportent :

  • Le distique est composé de 2 vers.
  • Le tercet est composé de 3 vers.
  • Le quatrain est composé de 4 vers.
  • Le sizain est composé de 6 vers.
  • Le dizain est composé de 10 vers.
B

La musicalité

1

Les accents

On peut souvent séparer le vers en deux parties distinctes. La dernière syllabe de la première partie est alors accentuée (on insiste dessus lors de la lecture).

Césure

La césure est l'accent qui se trouve dans la syllabe qui est à la fin de la première moitié du vers. Lorsque le vers est un alexandrin, elle partage le vers en deux hémistiches.

Notre vie tu l'as fait // elle est ensevelie

Paul Éluard

"Notre vie"

1947

La césure se trouve sur "fait", si bien qu'il faut insister sur ce mot lors de la lecture et le mettre en valeur.

Accent flottant

L'accent flottant (en gras) est l'accent qui se trouve sur la dernière syllabe prononcée.

Ici même les automobiles ont l'air d'être anciennes

Guillaume Apollinaire

"Zone"

1913

L'accent flottant se trouve sur la dernière syllabe, "ciennes". Cet accent fait insister sur le mot "anciennes" à la lecture et le met en valeur.

2

La rime

Traditionnellement les fins de vers fonctionnent deux par deux en se terminant par le même son. On appelle cela des rimes.

Rime

La rime est la répétition d'un même son en fin de vers.

Si ces deux mots sont placés tous les deux en fin de vers, "vent" et "temps" ont une rime en "en".

L'usage classique voulait que le poème alterne les rimes féminines (qui s'achèvent par un "e") et les rimes masculines (les autres rimes).

On peut déterminer la richesse d'une rime en fonction du nombre de sons répétés :

  • Une rime pauvre est une rime dans laquelle les deux fins de vers n'ont qu'un seul son en commun.
  • Une rime suffisante est une rime dans laquelle les deux fins de vers ont deux sons en commun.
  • Une rime riche est une rime dans laquelle les deux fins de vers ont trois sons ou plus en commun.
  • "Vent" et "temps" ont ensemble une rime pauvre (le son "en").
  • "Cheval" et "fatal" forment une rime suffisante (les sons "a" et "l").
  • "Effilé" et "défilé" forment une rime riche (les sons "é", "f", "i", "l" et "é").

On peut également observer l'alternance des rimes. Il en existe trois types :

  • Les rimes suivies (ou plates) se succèdent directement. Elles suivent le schéma suivant : AABB.
  • Les rimes croisées (ou alternées) alternent l'une après l'autre. Elles suivent le schéma suivant : ABAB.
  • Les rimes embrassées font en sorte qu'une première rime soit placée avant et après une autre rime. Elles suivent le schéma suivant : ABBA.

Jeune et vaillant héros, dont la haute sagesse
N'est point le fruit tardif d'une lente vieillesse,
Et qui seul, sans ministre, à l'exemple des dieux,
Soutiens tout par toi-même, et vois tout par tes yeux

Boileau

"Épître au roi"

1669

Dans cette strophe, les rimes en "esse" se succèdent puis ce sont les rimes en "yeu". Ces rimes sont suivies.

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picots par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Arthur Rimbaud

"Sensation"

1870

Dans cette strophe, les rimes en "ié" et les rimes en "nu" alternent. Ce sont des rimes croisées (ou alternées).

Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire
J'ai vu tous les soleils y venir se mirer
S'y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire

Louis Aragon

"Les Yeux d'Elsa"

1942

Dans cette strophe, la rime en "oir" encadre la rime en "ré". Ces rimes sont embrassées.

3

Les sonorités

Outre la rime, le poème peut faire résonner d'autres sons entre les vers.
L'assonance est la répétition d'un même son voyelle à l'intérieur des vers.

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant

Paul Verlaine

"Mon rêve familier"

1666

La répétition des sons "é" et "en" à l'intérieur du vers provoque une sorte d'écho, comme une réminiscence du rêve du poète.

L'allitération est la répétition d'un son consonne à l'intérieur du vers.

Voilà que monte en lui le vin de la Paresse,
Soupir d'harmonica qui pourrait délirer ;
L'enfant se sent, selon la lenteur des caresses,
Sourdre et mourir sans cesse un désir de pleurer.

Arthur Rimbaud

"Les Chercheuses de poux"

1871

La répétition du son "s" à l'intérieur de ces vers est une allitération.

Souvent, ces résonances sonores imitent ce qui est évoqué. On nomme cela l'harmonie imitative.

L'allitération du son "l" dans "Le Pont Mirabeau" de Guillaume Apollinaire imite le bruit de l'eau qui coule (la Seine).

4

Le rythme

Souvent, la longueur des phrases ou des groupes de mots de la phrase ne coïncide pas avec la fin des vers.
L'enjambement est la continuation d'un groupe de mots d'un premier vers sur le vers suivant.

Quand on m'aura jeté, vieux flacon désolé,
Décrépit, poudreux, sale, abject, visqueux, fêlé

Charles Baudelaire

"Le Flacon"

1857

Les expansions du pronom "m'" présent dans le premier vers se trouvent sur le second vers, il y a donc un enjambement : la phrase se prolonge sur un deuxième vers.

Il existe également deux cas particuliers d'enjambements : le rejet et le contre-rejet.
Un rejet est la continuation brève d'un groupe de mots au début du vers suivant.

Et dès lors je me suis baigné dans le Poème
De la mer
, infusé d'astres, et lactescent

Arthur Rimbaud

"Le Bateau ivre"

1871

"De la mer" complète "poème" et se trouve en début du vers suivant : comme cet enjambement ne se situe qu'au début du vers (avant la césure), il s'agit d'un rejet.

Un contre-rejet est l'inverse du rejet. Un bref groupe de mots termine un vers, il est associé à un groupe de mots du vers suivant.

Après quelques moments, l'appétit vint : l'Oiseau,
S'approchant du bord, vit sur l'eau

Jean de La Fontaine

"Le Héron"

1678

"L'Oiseau" est le référent du participe présent "s'approchant" mais se trouve en toute fin du vers précédent. Il s'agit donc d'un contre-rejet.

C

Les formes fixes

1

La ballade

La ballade est un poème à forme fixe datant du Moyen Âge. Elle est composée de trois strophes suivies d'un envoi, souvent adressé au prince ou au roi. À chaque fin de strophe, on retrouve le même vers, appelé refrain.

Dites-moi où, n'en quel pays,
Est Flora la belle Romaine,
Archipiades, ne Thaïs,
Qui fut sa cousine germaine,
Echo, parlant quant bruit on mène
Dessus rivière ou sur étang,
Qui beauté eut trop plus qu'humaine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Où est la très sage Héloïs,
Pour qui fut châtré et puis moine
Pierre Esbaillart à Saint-Denis ?
Pour son amour eut cette essoine.
Semblablement, où est la roine
Qui commanda que Buridan
Fût jeté en un sac en Seine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

La roine Blanche comme un lis
Qui chantait à voix de sirène,
Berthe au grand pied, Bietrix, Aliz,
Haramburgis qui tint le Maine,
Et Jeanne, la bonne Lorraine
Qu'Anglais brûlèrent à Rouen ;
Où sont-ils, où, Vierge souvraine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Prince, n'enquerrez de semaine
Où elles sont, ni de cet an,
Que ce refrain ne vous remaine :
Mais où sont les neiges d'antan ?

François Villon

"Ballade des Dames du temps jadis"

XVe siècle

Ce poème est composé de quatre strophes et la dernière est adressée au "Prince", c'est-à-dire au roi. Il s'agit donc d'une ballade.

2

Le rondeau

Le rondeau est une forme fixe datant du Moyen Âge. Il est composé de trois strophes d'octosyllabes ou de décasyllabes. Il n'y a que deux rimes dans tout le poème et on y trouve un refrain.

Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s'est vêtu de broderie,
De soleil luisant, clair et beau.

Il n'y a bête ni oiseau,
Qu'en son jargon ne chante ou crie :
Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie.

Rivière, fontaine et ruisseau
Portent en livrée jolie,
Gouttes d'argent, d'orfèvrerie,
Chacun s'habille de nouveau
Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie.

Charles d'Orléans

"Le Temps a laissé son manteau"

XVe siècle

Ce poème ne comporte que deux rimes : l'une en "o" et l'autre en "i". Par ailleurs les vers 1 et 2 sont répétés dans chacune des strophes, c'est un refrain. Par conséquent, ce poème est un rondeau.

3

Le sonnet

Le sonnet est un poème de forme fixe qui est constitué de 14 vers et qui commence par deux quatrains. Souvent, ceux-ci riment selon un schéma de rimes ABBA qui est répété.

Comme on voit sur la branche au mois de mai la rose,
En sa belle jeunesse, en sa première fleur,
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l'Aube de ses pleurs au point du jour l'arrose ;

La grâce dans sa feuille, et l'amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d'odeur ;
Mais battue, ou de pluie, ou d'excessive ardeur,
Languissante elle meurt, feuille à feuille déclose.

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
La Parque t'a tuée, et cendres tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif et mort, ton corps ne soit que roses.

Pierre de Ronsard

Les Amours, "Sur la mort de Marie"

1560

Ce poème est constitué de quatorze vers, répartis en deux quatrains puis deux tercets. Il s'agit donc d'un sonnet.

Il existe aussi plusieurs catégories de sonnets :

  • Le sonnet français s'achève par deux tercets qui suivent le schéma de rimes CCD EDE.
  • Le sonnet italien s'achève par deux tercets dont les rimes suivent le schéma CCD DEE.
  • Le sonnet élisabéthain s'achève sur un troisième quatrain et un distique.
4

Le calligramme

Le calligramme est une forme poétique dans laquelle la disposition des phrases construit une image en lien avec le sens du poème.

"Tour Eiffel" de Guillaume Apollinaire est un calligramme très célèbre.

-
II

L'histoire et les fonctions de la poésie

A

L'histoire littéraire de la poésie

1

Les origines de la poésie

Aux origines, la poésie est un chant essentiellement religieux. Dans la Grèce antique, cette poésie est souvent chantée et dansée.

Dieu suprême, qui tiens les rênes du tonnerre, ce coursier infatigable, ô Zeus, les Saisons que tu gouvernes m'envoient, au son de la phorminx, pour me porter témoin des victoires les plus sublimes. Ah ! Fils de Cronos, maître de l'Etna, reçois en faveur des Charites, ce cortège olympionique.

Pindare

Olympiques

Ve siècle av. J.-C.

Ce poème est une louange adressée à Zeus.

Les poètes respectent certains codes :

  • L'utilisation d'un style épique, qui narre les aventures de personnages exceptionnels
  • Une poésie très musicale et bien réglée

L'Odyssée d'Homère (VIIIe siècle avant J.-C.) est considéré comme le premier poème. Il était chanté.

Dans la Rome antique, la poésie est souvent un loisir réservé à des citoyens fortunés. Les poètes se consacrent moins aux dieux qu’à chanter l'amour ou la paix.

Ô toi, si savante dans l'art d'achever l'édifice encore incertain d'une chevelure ! toi qu'on ne doit pas ranger dans la classe des suivantes vulgaires, Napé, toi qui, non moins habile à ménager des rendez-vous nocturnes qu'ingénieuse à remettre de tendres missives, as plus d'une fois conduit dans mes bras Corinne encore irrésolue.

Ovide

Les Amours

Ier siècle après J.-C.

Dans cet extrait, le poète loue les artifices d'une entremetteuse grâce à qui il a pu séduire sa maîtresse.

2

La Pléiade et la formation des arts poétiques

Au Moyen Âge, la poésie est récitée par les troubadours. Elle est adressée au roi ou bien à la femme aimée.

Or, quelques jeunes poètes de la Renaissance souhaitent en finir avec cette manière rabattue de composer. Ces jeunes auteurs innovants se regroupent autour de Pierre de Ronsard, qui donne le nomme de Pléiade à son école poétique. Les formes moyenâgeuses sont abandonnées, au profit d'autres formes, comme le sonnet. Par ailleurs, ce groupe de poètes déplore la pauvreté de la poésie française et part à la recherche de mots nouveaux, mais aussi d'images innovantes. Pour cela, ces poètes décident de s'inspirer des auteurs antiques tout en les dépassant.

La formation des arts poétiques par la Pléiade suit quelques principes précis :

  • L'élargissement de la diffusion de la poésie grâce à l'usage du français.
  • L'utilisation de formes fixes comme le rondeau ou la ballade.

Joachim du Bellay, dans Défense et illustration de la langue française (1549), défend l'usage de la langue vulgaire française en poésie, à la place du latin.

Je n'estime pourtant [pas] notre vulgaire, tel qu'il est maintenant, être si vil et abject, comme le font ces ambitieux admirateurs des langues grecque et latine. [...] Et qui voudra de bien près y regarder, trouvera que notre langue française n'est [pas] si pauvre qu'elle ne puisse rendre fidèlement ce qu'elle emprunte des autres.

Joachim Du Bellay

Défense et illustration de la langue française

1549

Dans cet extrait, Du Bellay affirme sa préférence pour la langue française.

Leur influence se ressent dans toute l'histoire de la poésie.

3

La libération du vers

Du XVIe au XIXe siècle, la poésie évolue essentiellement dans les sujets traités et les images proposées. Les règles classiques héritées de la Pléiade restent globalement suivies.
Mais à la fin du XIXe siècle, un souffle nouveau semble relancer l'innovation poétique.

La versification classique, déjà bousculée par les alexandrins ternaires de Victor Hugo, l'est encore davantage avec de nouveaux auteurs qui remettent en question ses usages :

  • Certains poètes comme Paul Verlaine proposent des vers de métrique impaire (par exemple de 13 syllabes).
  • D'autres, comme Arthur Rimbaud, jouent avec le rythme au point que le vers se fasse chaotique, irrégulier.
  • D'autres encore remettent en question la forme du vers. On se met, comme Aloysius Bertrand ou Charles Baudelaire, à écrire des poèmes en prose.
  • Enfin, certains, à l'image de Paul Claudel, en reviennent à la forme biblique du verset.

Cette libération des vers revendique :

  • Une poésie nouvelle, marquée par le sceau de la modernité (de nouveaux thèmes apparaissent, comme celui de la ville).
  • Une plus grande liberté poétique, qui attire le lecteur vers la sonorité du mot et non plus vers la régularité des vers.

Dans Alcools (1913), recueil de Guillaume Apollinaire, le poète ne respecte pas la prosodie classique. Il ne respecte même pas la grammaire puisque tout le recueil est dénué de ponctuation.

À la fin tu es las de ce monde ancien
Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin
Tu en as assez de vivre dans l'Antiquité grecque et romaine
Ici même les automobiles ont l'air d'être anciennes
La religion seule est restée toute neuve la religion
Est restée simple comme les hangars de Port-Aviation

Guillaume Apollinaire

Alcools, "Zone"

1913

L'absence de ponctuation déroute le lecteur du poème. Il est contraint de faire des choix grammaticaux, de reconstruire la logique du discours. Il intervient donc dans la construction du poème.

B

Les fonctions de la poésie

1

La poésie lyrique

La poésie lyrique est un chant d'expression des sentiments. Elle permet au poète d'exprimer ce qu'il ressent de manière recherchée et esthétique.

Poésie lyrique

La poésie lyrique est un genre de poésie qui développe les sentiments du poète. Elle a pour caractéristique l'omniprésence du "je" ou du "tu". Les poèmes lyriques ont parfois une dimension autobiographique. Le poète y déplore souvent un objet perdu.

Les Méditations poétiques, recueil de Lamartine, est composé de poèmes lyriques.

Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé.

Alphonse de Lamartine

Méditations poétiques, "L'Isolement"

1831

Dans cet extrait, le poète s'épanche et met en opposition la présence d'une nature majestueuse et vivante avec l'absence de l'être aimé.

2

La poésie engagée et la poésie didactique

Poésie engagée

La poésie se fait engagée quand le poète place un discours argumentatif dans son œuvre. Cet argument peut être soit direct, soit indirect.

Dans Les Tragiques, Agrippa d'Aubigné dénonce l'horreur et la misère que provoquent les guerres de religion en France.

Je veux peindre la France, une mère affligée,
Qui est, entre ses bras, de deux enfants chargée.
Le plus fort, orgueilleux, empoigne les deux bouts
Des tétins nourriciers ; puis à force de coups
D'ongles, de poings, de pieds, il brise le partage.

Agrippa d'Aubigné

Les Tragiques, "Je veux peindre la France"

1616

Dans cet extrait, le poète compare les catholiques et les protestants à deux enfants qui se battent et malmènent leur mère, la France. Cette comparaison a pour but de dénoncer l'absurdité du conflit et mettre en avant ses conséquences fâcheuses.

Poésie didactique

La poésie didactique entend donner un enseignement au lecteur. L'auteur utilise la forme plaisante de la forme pour rendre son message plus percutant. L'enseignement peut être d'ordre moral, scientifique ou esthétique.

Dans ses Fables, Jean de la Fontaine délivre des messages de morale grâce à la transposition dans le monde des animaux.

Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute."

Jean de La Fontaine

Fables, "Le Corbeau et le Renard"

1668

L'issue de cette fable enseigne au lecteur les conséquences que peut avoir la flatterie sur une personne crédule : elle perd son bien, à l'image du Corbeau, qui a laissé son fromage au Renard.

3

La poésie esthétique

Parfois, la poésie n'a pas d'autre but que celui d'un jeu visuel et auditif. Le poète construit des images, des sonorités simplement pour l'innovation et la beauté de celles-ci.

Poésie esthétique

La poésie esthétique est une forme de poésie qui privilégie la forme sur le fond. Il s'agit de faire de la poésie un véritable objet d'art.

Les poètes surréalistes ont proposé des œuvres dont la recherche est essentiellement esthétique, au moyen de jeux littéraires, comme le cadavre exquis et l'écriture automatique.

Les guêpes fleurissent vert
L'aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.

Paul Éluard

L'Amour la poésie, "La Terre est bleue comme une orange"

1929

Ce poème propose des associations d'images qui surprennent le lecteur. La recherche esthétique domine.

En définitive, la poésie reste proche de la musique. Elle s'adresse plus à la sensibilité qu'à la pure logique. Étudier un poème revient donc plus à l'interpréter qu'à l'expliquer.

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.