Terminale S 2016-2017
Kartable
Terminale S 2016-2017

Travail et énergie

En mécanique, la dynamique étudie l'action des forces sur un système et les conséquences de ces actions sur son mouvement. Pour compléter l'étude des mouvements, il faut également s'intéresser aux aspects énergétiques. La préservation des ressources énergétiques mondiales étant un impératif même à court terme, comprendre les énergies mises en jeu lorsque l'on applique des forces à un système et les échanges qui les impliquent est indispensable. Pour modéliser cet aspect énergétique lié aux forces mécaniques, les physiciens ont introduit la notion de travail d'une force et d'énergie potentielle.

I

Le travail d'une force

A

La notion de travail d'une force

On considère une force modélisant une action mécanique agissant sur un système quelconque. Cette force est caractérisée, entre autres, par le point appartenant au système sur lequel elle s'applique :

-

Sous l'effet de la force, le point d'application (et donc le système) va se déplacer. Le travail d'une force traduit l'énergie que la force a dû fournir lors du déplacement du point d'application d'une certaine distance dans une direction donnée.

Pour pousser une voiture sur une ligne droite, il faut appliquer une force de poussée. À cette force sera associée une quantité d'énergie à fournir pour déplacer la voiture qui représente le travail de la force de poussée.

B

La définition du travail d'une force

Travail d'une force

Le travail W d'une force Fconstante, s'appliquant en un point parcourant une distance AB, est donné par la relation suivante :

WAB(F)=FAB

Avec :

  • WAB(F) le travail de la force F (en joules, notés J)
  • F la force appliquée sur le système (dont la norme s'exprime en N)
  • AB le vecteur déplacement du point d'application de F (dont la norme s'exprime en m)
-

Travail moteur et travail résistant

Le travail est qualifié de moteur ou résistant en fonction de son signe :

  • Si W>0, le travail est moteur.
  • Si W<0, le travail est résistant.

Pour soulever une voiture dont la masse vaut une tonne et demi, il faut une force F d'une valeur de 15 000 N environ dont la direction est la verticale du lieu considéré. Le travail que cette force devra fournir pour soulever la voiture à la verticale d'une hauteur de 3 mètres sera de :

WAB(F)=FAB

WAB(F)=FAB

WAB(F)=1,5.104×3,0

WAB(F)=4,5.104 J

Le travail étant positif, il s'agit bien d'un travail moteur.

II

Les forces et l'énergie potentielle

A

Les forces conservatives

Force conservative

Une force est dite conservative si le travail de cette force ne dépend pas du chemin suivi par son point d'application mais uniquement de la distance entre la position de départ et la position d'arrivée.

-
B

L'énergie potentielle

Énergie potentielle

L'énergie potentielle, notée Ep, est une énergie dont dérive une force conservative. Elle représente une énergie dont dispose le système et pouvant être transformée en une autre forme d'énergie.

Relation entre énergie potentielle et travail

La variation d'énergie potentielle, notée ΔEp, d'un système entre deux points A et B est liée au travail de la force conservative Fc par la relation suivante :

ΔABEp=WAB(Fc)

Le travail d'une force conservative traduit donc la variation d'énergie potentielle.

C

Le cas de la force de pesanteur

Soit un système quelconque de masse m en mouvement soumis à la force de pesanteur (donc son poids) uniquement :

-

Le poids est une force conservative donc le travail du poids ne dépend pas du chemin suivi mais uniquement des altitudes de départ et d'arrivée.

Travail du poids

Le travail du poids est défini par la relation suivante :

WAB(P)=mg(zAzB)

Avec :

  • WAB(P) le travail du poids (en J)
  • m la masse du système (en kg)
  • g la valeur de l'accélération de la pesanteur (9,81 en m.kg−1.s−2)

On considère une balle de masse m valant 200 grammes lancée depuis un point A situé au niveau du sol (altitude de 0,00 mètre) suivant une trajectoire parabolique. On nomme H le point définissant le sommet de la parabole situé à une altitude de 5,00 mètres. Le travail du poids pour atteindre la hauteur h vaut :

WAB(P)=mg(zAzB)

WSH(P)=mg(zSzH)

WSH(P)=200.103×9,81×(0,005,00)

WSH(P)=9,81 J

Le travail est résistant car le poids s'oppose au mouvement.

L'énergie potentielle associée au poids est l'énergie potentielle de pesanteur, notée EPP. La variation d'énergie potentielle de pesanteur au cours d'un mouvement est donc :

ΔABEpp=WAB(P)=mg(zAzB)

D

Le cas de la force électrique (ou force de Coulomb)

Soit un système quelconque de charge q en mouvement dans un champ électrostatique uniforme entre deux armatures d'un condensateur :

-

La charge subit la force électrique Fe=qE. Cette force est conservative donc le travail de la force de Coulomb ne dépend pas du chemin suivi mais uniquement de la différence de potentiel (ou tension) UAB entre le point de départ et le point d'arrivée.

Travail de la force électrique

Le travail de la force de Coulomb est défini par la relation suivante :

WAB(Fe)=q(VAVB)=qUAB

Avec :

  • WAB(Fe) le travail de la force de Coulomb (en J)
  • q la charge électrique (en C)
  • VA le potentiel électrique du point A (en volt V)
  • VB le potentiel électrique du point B (en volt V)
  • UAB la différence de potentiel (ou tension) entre le point A et le point B (en volt V)

On considère un proton dont la charge électrique vaut 1,6.1019 Coulomb initialement au potentiel électrique VA de 3 volts. Ce dernier passe dans un condensateur où il règne un champ électrostatique E uniforme. Il subit donc une force électrique Fe. Le travail fourni par cette force pour faire passer le proton à un potentiel VB nul vaut :

WAB(Fe)=q(VAVB)

WAB(Fe)=1,6.1019×(30)

WAB(Fe)=4,8.1019 J

Le travail est moteur car le champ électrostatique est orienté dans la direction du mouvement du proton.

L'énergie potentielle associée à la force électrique est l'énergie potentielle électrostatique (notée dans ce cours EPélec ). La variation d'énergie potentielle électrostatique au cours d'un mouvement est donc :

ΔABEpélec=WAB(Fe)=q(VAVB)

E

Le cas des forces de frottements

Forces de frottements

Les forces de frottements, notées Ff, sont dues à la mise en contact du système avec un milieu matériel extérieur. Ces frottements sont de deux types :

  • Des frottements fluides si le milieu extérieur est un liquide ou un gaz.
  • Des frottements solides si le système est en contact avec un solide.
-
Représentation de forces de frottements

Il est beaucoup plus facile de déplacer une lourde charge sur de la glace que sur du béton car les frottements solides entre la charge et le sol sont moindres sur la glace.

De même, si on jette une bille en métal dans un tube rempli de miel, sa vitesse va ralentir une fois dans le miel car les frottements fluides dans le miel sont plus importants que dans l'air.

  • Les forces de frottements sont proportionnelles à la vitesse donc leur vecteur est colinéaire avec le vecteur vitesse.
  • Elles s'opposent toujours au mouvement donc leur vecteur est de sens opposé au vecteur vitesse.
  • Elles ne sont pas conservatives donc le travail des forces de frottements dépend du chemin suivi.

Travail des forces de frottements

Le travail d'une force de frottements Ff dont la norme est constante lors d'un mouvement rectiligne est défini par la relation suivante :

WAB(Ff)=FfAB

Avec :

  • WAB(Ff) le travail de la force de frottement (en J)
  • Ff la valeur de la force de frottements (en N)
  • AB la distance parcourue par le point d'application (en m)
  • Le travail des forces de frottement est toujours résistant car ces forces s'opposent toujours au mouvement.
  • Les forces de frottement étant non conservatives, il n'existe pas d'énergie potentielle de frottement.
III

Les transferts énergétiques

A

L'énergie mécanique d'un système

Énergie mécanique d'un système

L'énergie mécanique d'un système est la somme de son énergie potentielle et de son énergie cinétique :

Em(t)=Ep(t)+Ec(t)

Avec :

  • Em(t) l'énergie mécanique du système à l'instant t (en J)
  • Ep(t) l'énergie potentielle du système à l'instant t (en J)
  • Ec(t) l'énergie cinétique du système à l'instant t (en J)

Énergie cinétique

L'énergie cinétique correspond à l'énergie que possède un système du fait d'être en mouvement. Elle est définie par la relation suivante :

EC(t)=12m(v(t))2

Avec :

  • Ec(t) l'énergie cinétique du système à l'instant t (en J)
  • m la masse du système (en kg)
  • v(t) la vitesse du système à l'instant t (dont la norme est en m.s−1)
B

Le théorème de l'énergie mécanique

Le théorème de l'énergie mécanique permet d'exprimer la variation d'énergie mécanique au cours d'un mouvement.

Théorème de l'énergie mécanique

Au cours d'un mouvement entre un point A et un point B, la variation d'énergie mécanique d'un système est égale au travail des forces non conservatives, ce que traduit l'égalité suivante :

ΔABEm=WAB(Fnc)

Avec :

  • ΔABEm la variation d'énergie mécanique entre les positions A et B du système (en J)
  • WAB(Fnc) le travail des forces non conservatives entre les positions A et B du système (en J)
C

L'application à l'étude des oscillateurs libres

1

La définition d'un oscillateur libre

Oscillateurs mécaniques

Un oscillateur mécanique est un système possédant un mouvement périodique dû à des oscillations autour d'une position d'équilibre.

Un pendule simple est un exemple d'oscillateur :

-
Oscillations d'un pendule simple

La masse oscille autour de la position x0 entre les positions xmax et xmin. La durée d'un aller-retour est le temps T0.

Oscillateur libre

Un oscillateur libre est un oscillateur pour lequel les oscillations se font sans aucune intervention extérieure. Un tel oscillateur est caractérisé par sa période propre T0qui représente la durée d'une oscillation.

2

Les transferts énergétiques lors d'oscillations sans frottements

Lors du mouvement de l'oscillateur, des échanges d'énergie ont lieu. L'énergie potentielle emmagasinée lorsque le système s'écarte de sa position d'équilibre est convertie en énergie cinétique lorsqu'il revient vers cette position :

-
Transferts d'énergie en régime périodique

S'il n'y a pas de frottements ou s'ils sont négligeables, l'énergie mécanique reste constante d'après le théorème de l'énergie mécanique :

ΔABEm=0Em(t)=constante

On dit que l'énergie est conservée. L'oscillateur est en régime d'oscillations périodiques de période T0.

3

L'amortissement des oscillations par frottements

La présence de frottements implique que l'énergie mécanique décroît au cours du temps puisque la variation d'énergie mécanique est égale au travail des forces de frottements qui est résistant donc négatif :

-
Dissipation de l'énergie mécanique par frottements

On dit que l'énergie se dissipe sous forme de chaleur. Comme l'énergie mécanique décroît, l'amplitude des oscillations décroît elle aussi jusqu'à l'arrêt du système dans sa position d'équilibre. On appelle ce régime d'oscillations le régime pseudo-périodique :

-
Régime d'oscillations pseudo-périodique

Si les frottements sont suffisamment forts, on peut voir disparaître les oscillations. L'oscillateur est alors en régime apériodique :

-
Régime d'oscillations apériodique
pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.