S'inscrire Se connecter

Les exercices de physique-chimie au collège

La découverte de la physique-chimie en tant que discipline scolaire intervient au tout début du collège, en classe de 6e. Passée cette découverte, les collégiens approfondissent leur connaissance de cette discipline jusqu’en 3e. Il leur sera ainsi proposé, tout au long du collège, une grande variété d’exercices de physique-chimie, différant tant par leur forme que par leur niveau de complexité. Pour réussir et tirer profit de ces exercices, il faudra s’y atteler avec sérieux, mais aussi comprendre leur intérêt et adopter l’attitude de travail adéquate.

Les différents types d’exercices de physique-chimie au collège

Au cours des années de collège, les types d’exercices de physique-chimie rencontrés resteront à peu près identiques, mais leur difficulté et la fréquence relative de ces différents types d’exercices évoluera de façon significative de la 6e à la 3e.

Les trois principaux types d’exercices utilisés par les professeurs de physique-chimie au collège sont :

  • Les exercices de vérification de l’apprentissage des leçons, assez courts et généralement ludiques (mots croisés, textes à trous, etc.)
  • Les exercices d’application directe d’une notion ou d’un savoir-faire, plus répétitifs et visant l’entraînement de l’élève
  • Les exercices d’approfondissement, nécessitant le recours à plusieurs notions et savoir-faire, parfois dans un contexte nouveau pour l’élève

La physique-chimie ne représentant pas un volume horaire très conséquent au collège (1 heure par semaine en 6e puis 1h30 les années suivantes) le travail personnel demandé est généralement modeste, surtout en 6e où l’essentiel du travail est fait en classe. Toutefois, il est indispensable que les collégiens réactivent régulièrement les connaissances et savoir-faire nouveaux entre chaque séance de physique-chimie afin de les transformer en acquis solides.

Réussir un exercice de physique-chimie au collège

Les exercices proposés tout au long du collège en physique-chimie sont très variés, mais certaines attitudes permettent à l’élève de réussir dans la plupart des situations rencontrées :

  • Il faut pour commencer par aborder ces phases de travail le plus sereinement possible, et ne pas se soucier d’un éventuel jugement : l’objectif est ailleurs, et un élève paralysé par la peur de l’échec ne progresse pas dans l’exercice proposé et ne permet pas au professeur l’encadrant de repérer précisément ses difficultés s’il en manifeste.
  • La démarche scientifique passant par une succession d’essais et d’erreurs, l’élève ne doit pas non plus « s’autocensurer » de peur de ne pas donner la réponse attendue, bien souvent beaucoup plus ouverte que ce qu’il peut imaginer.
  • Enfin, pour tirer tout le bénéfice de ces moments de travail à l’écrit, en classe comme à la maison, l’élève essaie impérativement de faire ses exercices seul dans un premier temps, avant de se faire aider si nécessaire. Ce n’est qu’en faisant face à ses propres blocages qu’il peut réellement tirer bénéfice de l’aide à solliciter ultérieurement.

Rappelons enfin que l’apprentissage des leçons est un préalable à toute recherche d’exercice et se doit d’être, chronologiquement, la première tâche dont s’acquitte l’élève.

Prêt à démarrer ?

S'abonner

Vous avez besoin de plus de renseignements avant de vous abonner ? Nos conseillers pédagogiques sont là pour vous aider. Vous pouvez les contacter par téléphone du lundi au vendredi de 9h à 18h30.