Les grands ports européens Etude de cas

À partir du milieu du XVe siècle, les grandes découvertes et les conquêtes coloniales des royaumes ibériques entraînent l'essor de plusieurs grands ports européens, qui deviennent des carrefours commerciaux à l'échelle mondiale. Le port de Séville est le centre des échanges avec l'Amérique espagnole. Lisbonne, capitale du Portugal, est aussi celle de son empire maritime. Enfin, Anvers est un pôle de redistribution des richesses américaines et asiatiques vers l'Europe du Nord-Ouest.

I

Séville

A

Le port de Séville

Séville est une ville d'Andalousie en Espagne. Elle est traversée par un fleuve, le Guadalquivir, qui se jette dans la mer Méditerranée. Elle dispose donc d'un port fluvial ouvert sur la mer, via le port de Sanlúcar situé à l'embouchure du Guadalquivir.

-

Le port de Séville à la fin du XVIe siècle (tableau attribué à Alonso Sánchez Coello, fin du XVIe siècle)

CarlosVdeHabsburgo via Wikimedia Commons

B

Le centre des échanges avec l'Amérique espagnole

Au XVIe siècle, Séville devient le centre des échanges entre l'Espagne et ses possessions américaines.

De grandes quantités de métaux précieux (or et surtout argent) y affluent depuis l'Amérique. Par exemple, l'argent extrait des mines de Potosí (en Bolivie actuelle) y est acheminé après avoir transité par Buenos Aires ou Carthagène des Indes. Des produits asiatiques (soieries, porcelaines, etc.) y sont acheminés depuis Manille dans les Philippines, après que le "galion de Manille" leur a fait traverser le Pacifique jusqu'au port mexicain d'Acapulco.

C'est également à Séville qu'est créée en 1503 la Casa de Contratación, une administration coloniale qui avait trois principales fonctions :

  • Une fonction fiscale, le prélèvement du quinto real (prélèvement par la couronne de 20 % des marchandises venues d'Amérique)
  • Une fonction réglementaire, le contrôle des départs vers l'Amérique, théoriquement réservée aux Espagnols
  • Une fonction scientifique, la production et l'échange de connaissances concernant la géographie ou encore la navigation

Cette situation centrale au sein de l'empire colonial espagnol explique l'essor économique et démographique que connaît Séville au XVIe siècle. La ville se transforme. Des activités artisanales en lien avec le port se développent (charpentiers, fabricants de cordage), et le port lui-même est agrandi. Philippe II y fait ériger le bâtiment des Archives générales des Indes, ainsi qu'une promenade au nord de la ville. De plus, une université et une école de peintures y sont créées. Le XVIe siècle est ainsi considéré comme le "siècle d'or" de la ville avant le déclin en faveur de Cadix au XVIIe siècle.

-

Séville, pôle de l'Empire espagnol

II

Lisbonne

A

Le port de Lisbonne

Lisbonne est la capitale du royaume du Portugal. La ville est située sur l'embouchure du Tage, un fleuve qui se jette dans l'océan Atlantique. Elle dispose donc d'un port qui devient particulièrement actif au XVIe siècle, parce qu'il est le centre de l'empire maritime portugais.

-

Le port de Lisbonne à la fin du XVIe siècle (atlas de Georg Braun et Frans Hogenberg, 1572)

FA2 via Wikimedia Commons

B

Le centre de l'empire maritime portugais

Dès la seconde moitié du XVe siècle, l'activité portuaire de Lisbonne connaît un regain suite aux premières expéditions portugaises sur les côtes de l'Afrique. En 1482, un comptoir portugais baptisé Saint-Georges-de-la-Mine est installé sur les côtes de l'actuel Ghana. D'importantes quantités d'or et d'esclaves africains y sont achetées par des commerçants portugais avant d'être acheminées vers Lisbonne.

Après le voyage de Vasco de Gama en Inde (1498) et la découverte du Brésil par Pedro Cabral (1500), l'empire maritime portugais connaît une rapide expansion. Il est constitué d'un chapelet de forteresses et de comptoirs installés notamment sur les côtes africaines, indiennes et indonésiennes, mais aussi en Chine (Macao) et au Japon (Nagasaki). Toutes sortes de nouvelles marchandises sont acheminées vers Lisbonne :

  • Textiles d'Inde et de Chine (soie)
  • Épices d'Inde et d'Indonésie (poivre, gingembre, girofle, muscade, etc.)
  • Argent du Japon

En 1503, le roi Manuel Ier du Portugal (1495 − 1521) crée à Lisbonne la Casa da India, une administration qui contrôle le commerce avec ce réseau de comptoirs et assure le prélèvement des taxes royales. Elle contrôle aussi le respect du monopole du commerce royal. Enfin, c'est également vers Lisbonne qu'est acheminée la production des plantations sucrières du Brésil et des Açores.

Cette situation centrale de Lisbonne au sein de l'empire maritime portugais explique son essor démographique et économique au XVIe siècle et par l'arrivée de nombreux esclaves et de personnes venues de toutes l'Europe. Vers 1550, la ville compte environ 100 000 habitants. La ville est transformée par de nombreuses modifications et, pour défendre le port contre les incursions européennes, la tour de Belém est construite.

-

Lisbonne, centre d'un empire maritime

III

Anvers

A

Le port d'Anvers

Anvers est une ville des Pays-Bas espagnols située à l'embouchure de l'Escaut, un fleuve qui se jette dans la mer du Nord. Situé aux portes de l'Europe du Nord, son port est également très connecté au reste du monde, à travers les liens privilégiés qu'il entretient avec l'Angleterre et le Portugal.

-

Le port d'Anvers à la fin du XVIe siècle (atlas de Georg Braun et Franz Hogenberg, 1572)

Walrasiad via Wikimedia Commons

B

Un pôle économique mondial

Le dynamisme du port d'Anvers au XVIe siècle s'explique notamment par une importante communauté de marchands qui entretiennent des réseaux commerciaux à l'échelle mondiale et notamment dans la péninsule Ibérique et l'Angleterre. Le roi du Portugal y nomme d'ailleurs un facteur (agent commercial) pour s'occuper des achats de cuivre.

Ces marchands disposent d'accords avec les monarchies ibériques. Cela leur permet d'exercer une activité très lucrative : la redistribution des richesses des empires coloniaux ibériques vers les grandes places commerciales de l'Europe du Nord-Ouest, comme Augsbourg ou Lyon.

De plus, les marchands anversois contrôlent aussi une grande partie de l'exportation des produits de l'Europe du Nord (bois, poisson, métaux, armes, sel, etc.) vers les régions méditerranéennes et notamment la péninsule ibérique.

Au XVIe siècle, Anvers est donc un pôle économique et financier mondial. En atteste la présence de deux places boursières. La spéculation sur les marchandises a lieu à la "bourse des Anglais" tandis que la spéculation sur les monnaies a lieu à la "nouvelle bourse" fondée en 1531. La ville connaît alors une forte croissance de sa population qui passe de 50 000 à 100 000 habitants de 1500 à 1560. Parmi les habitants d'Anvers, on compte de nombreux Juifs fuyant l'Inquisition portugaise.

-

La "nouvelle bourse" d'Anvers (gravure de Pierre Van der Borcht, 1567)

Karmakolle via Wikimedia Commons