Les "quatorze points" de WilsonQuestions sur documents

Document 1

L'idéalisme wilsonien

Discours de Wilson au Congrès américain, présentant les "quatorze points"

8 janvier 1918

1- Des traités de paix ouverts, auxquels on a librement abouti, après lesquels il n'y aura ni action ou décision internationale privée d'aucune nature, mais une diplomatie franche et transparente. [...]
2- Une absolue liberté de navigation sur les mers, en dehors des eaux territoriales, en temps de paix, aussi bien qu'en temps de guerre, sauf si les mers doivent être en partie ou totalement fermées afin de permettre l'application d'alliances internationales. [...]
3- Le retrait, autant que possible, de toutes les barrières économiques, et l'établissement d'une égalité des conditions de commerce parmi toutes les nations désirant la paix et s'associant pour la maintenir. [...]
4- Des garanties adéquates à donner et à prendre afin que les armements nationaux soient réduits au plus petit point possible compatible avec la sécurité intérieure. [...]
5- Un ajustement libre, ouvert, absolument impartial de tous les territoires coloniaux, se basant sur le principe qu'en déterminant toutes les questions au sujet de la souveraineté, les intérêts des populations concernées soient autant pris en compte que les revendications équitables du gouvernement dont le titre est à déterminer. [...]
14- Une association générale des nations doit être constituée sous des alliances spécifiques ayant pour objet d'offrir des garanties mutuelles d'indépendance politique et d'intégrité territoriale aux petits comme aux grands États. [...]

Document 2

Le Congrès américain ne ratifie pas le traité de Versailles

Extraits des débats du Congrès des États-Unis, 19 mars 1920, rapportés par Martial Chaulanges, André-Georges Manry, Roger Sève, Textes historiques : la première moitié du XXe siècle, 1914−1945, Paris, Delagrave

1920

Les États-Unis se réservent le droit exclusif de décider quelles questions dépendent de leur juridiction intérieure et déclarent que toute question politique ou domestique se rapportant entièrement ou en partie à leurs affaires intérieures, incluant l'immigration, le travail, le trafic côtier, les tarifs, le commerce [...] et tout autre question domestique sont du seul ressort de la juridiction des États-Unis, et ne doivent pas, par ce traité, être soumis d'aucune façon à l'arbitrage ou à la considération du Conseil ou de l'Assemblée de la Société des Nations. [...] Les États-Unis ne soumettront à l'arbitrage ou à l'enquête de l'Assemblée, ou du Conseil de la Société des Nations, prévus par ledit traité de paix, aucune question qui, à leur jugement, dépend ou est en relation avec leur politique établie de longue date et communément connue sous le nom de "doctrine de Monroe" ; cette doctrine ne peut être interprétée que par les seuls États-Unis, en dehors de la juridiction de la Société des Nations [...]. Les États-Unis ne seront pas obligés de contribuer à quelque dépense que ce soit de la Société des Nations [...]. Aucun plan pour la limitation des armements proposé par le Conseil de la Société des Nations.

Sélectionner les éléments permettant de présenter le document 1.

De quelle institution émane le document 2 ?

Dans le document 2, quelle est la décision prise par le Congrès des États-Unis et en quoi compromet-elle l'application de l'idéalisme wilsonien ?