Arendt Fiche auteur

Hannah Arendt

1906 − 1975

Hannah Arendt

Les Origines du totalitarisme

1951

Hannah Arendt

La Condition de l'Homme moderne

1958

Hannah Arendt

La Crise de la culture

1961

Elle-même obligée de fuir l'Allemagne à cause de la montée du nazisme, Hannah Arendt offre d'abord une réflexion sur le totalitarisme. Elle montre que ce régime, très différent du despotisme, de la tyrannie ou de la dictature, est un phénomène radicalement nouveau dans l'histoire. Il repose en effet sur l'atomisation sociale, créatrice d'une masse amorphe d'individus isolés ayant perdu toute conscience politique. Le système totalitaire impose une idéologie en s'appuyant sur la terreur et en invoquant des lois transcendantes, supérieures aux lois positives (comme la sélection des races pour le nazisme ou la lutte des classes pour le stalinisme).

Afin de se préserver du totalitarisme, qui se nourrit du vide politique, Hannah Arendt préconise l'action politique. Il faut en effet privilégier la vita activa (vie active) par rapport à la vie contemplative prônée par Platon. En particulier, il existe "trois activités humaines fondamentales : le travail, l'œuvre et l'action".

Le travail est indispensable pour assurer la survie de l'espèce, mais son produit est rapidement consommé et l'animal laborans est asservi par la nécessité naturelle : le travail est donc la moins humaine des activités. L'œuvre est toutefois productrice d'objets plus durables (bâtiments, machines, œuvres d'art, etc.) et crée donc un espace proprement humain.

Cependant, nous avons tendance à confondre travail et œuvre en assujettissant les objets techniques à la logique consommatrice du travail. Cette folie consommatrice nous fait ainsi perdre ce monde plus humain, car nous ne respectons plus sa durabilité : "il nous faut consommer, dévorer, pour ainsi dire, nos maisons, nos meubles, nos voitures". Seule l'œuvre d'art résiste à l'instrumentalisation et conserve sa durabilité.

Enfin, l'action est l'activité la plus haute et la seule qui mette les hommes en rapport les uns avec les autres. Cela renvoie à l'engagement politique de celui qui prend conscience de la pluralité des hommes et s'ouvre à l'espace public. Cette prise de conscience permet d'échapper à la menace totalitariste.

La société de masse ne veut pas la culture mais les loisirs.

Hannah Arendt

La Crise de la culture

1961

Le totalitarisme [...] diffère par essence des autres formes d'oppression politique que nous connaissons, tels le despotisme, la tyrannie et la dictature. Partout où celui-ci s'est hissé au pouvoir, il a engendré des institutions politiques entièrement nouvelles, il a détruit toutes les traditions sociales, juridiques et politiques du pays.

Hannah Arendt

Les Origines du totalitarisme

1951

-

Ryohei Noda via Flickr