EpicureFiche auteur

Épicure

341 − 270 avant J.-C.

Épicure

Lettre à Hérodote

IIIe siècle avant J.-C.

Épicure

Lettre à Ménécée

IIIe siècle avant J.-C.

Épicure

Lettre à Pythoclès

IIIe siècle avant J.-C.

La philosophie d'Épicure comporte trois grandes parties : la canonique (qui s'intéresse aux critères de vérité), la physique (qui traite de la nature) et la morale (qui expose les conditions d'une vie heureuse).

La canonique d'Épicure s'oppose à celle de Platon car elle pose les sensations comme la base de la connaissance. Il s'agit de données concrètes des sens qui nous mettent en contact avec la nature, et non d'illusions relatives et subjectives comme le prétend Platon.

La théorie physique d'Épicure est élaborée dans l'héritage de Démocrite, le fondateur de l'atomisme (460 − 380 avant J.-C.). Épicure défend une conception atomiste et matérialiste du monde, selon laquelle le monde entier serait constitué d'atomes et de vide. Les atomes sont des éléments matériels minuscules et éternels, inaccessibles aux sens. Nous percevons cependant les agrégats d'atomes, qui sont mortels car ils se décomposent pour reformer d'autres combinaisons tout à fait par hasard. Épicure s'oppose donc à l'idéalisme platonicien et au finalisme aristotélicien.

L'épicurisme est un hédonisme, car il considère le plaisir comme le but de la vie. Toutefois, les plaisirs doivent être limités : il s'agit de vivre selon la nature, en fuyant les désirs vains (désir de richesse, désir sexuel, etc.) et en ne comblant que les désirs naturels et nécessaires (faim, soif, etc.). Épicure mène donc une vie d'ascète tout entière consacrée à l'amitié. Il se retire en effet à Athènes et y crée l'école philosophique du Jardin, où il vit en communauté avec ses amis. Les "philosophes du Jardin" prônent ainsi une vie simple et sage, fondée sur l'harmonie et l'amitié.

L'épicurisme connaît une large diffusion dès l'Antiquité, et ses théories sont discutées par de nombreux penseurs tels que Spinoza, Montaigne ou Marx.

Partant, quand nous disons que le plaisir est le but de la vie, il ne s'agit pas des plaisirs déréglés ni des jouissances luxurieuses ainsi que le prétendent encore ceux qui ne nous connaissent pas, nous comprennent mal ou s'opposent à nous. Par plaisir, c'est bien l'absence de douleur dans le corps et de trouble dans l'âme qu'il faut entendre.

Épicure

Lettre à Ménécée

IIIe siècle avant J.-C.

Le plaisir est le principe et la fin de la vie bienheureuse.

Épicure

Lettre à Ménécée

IIIe siècle avant J.-C.

-

Marie-Lan Nguyen (2011) via Wikimedia Commons