Becket ou l'honneur de DieuProfil d'œuvre

Becket ou l'honneur de Dieu

Jean Anouilh

1959

La pièce se situe au XIIe siècle, dans la crypte de la cathédrale de Cantorbéry. Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre, se tient à genoux devant le tombeau de Becket, un archevêque qui a été assassiné. Le roi attend d'être battu par des moines pour expier le meurtre de son ancien ami. Il a accepté pour des raisons politiques, car le peuple vénère Becket.

Autrefois, le roi et l'archevêque étaient amis. Henri l'avait même nommé chancelier d'Angleterre. Alors que le roi opprimait les Saxons, Becket, qui en était un, faisait parti de ses favoris. Becket aidait Henri à combattre le pouvoir de l'Église. Mais Henri le nomme archevêque de Cantorbéry. Becket prévient que s'il sert Dieu, il ne pourra plus servir le roi.

Les deux hommes s'affrontent alors. Becket condamne les Normands qui enfreignent les lois de la religion, il s'oppose au roi sur de nombreux sujets. Henri n'en peut plus, il se sent trahi et humilié. Il s'emporte un jour devant sa cour contre son ancien ami. Peu de temps après, Becket est assassiné. Il est acclamé par la foule, comme un saint. Le roi a perdu un ami, mais aussi le respect de son peuple.

I

Une pièce complexe

A

Un drame romantique

La pièce fait partie des "pièces costumées" de Jean Anouilh. Si elle a des accents tragiques, elle ne peut toutefois être classée comme étant une tragédie. En effet, ce n’est pas le destin qui écrase les personnages.
La pièce est plutôt un drame romantique. Les personnages doivent choisir entre l’amitié et le pouvoir. L'histoire se déroule dans plusieurs lieux différents, l’action est très étendue (il y a un retour en arrière). Anouilh mélange les genres, il y a des moments légers.

B

Le burlesque

Si la pièce est dramatique dans son ensemble, on peut relever tout de même des scènes burlesques. En effet, certains barons, les "combinazione" de la cour pontificale, sont décrits comme particulièrement ridicules et idiots. Leurs dialogues sont très amusants, ils sont écrits avant tout pour faire rire le public et relâcher la tension dramatique.

C

Une pièce historique

La pièce est historique. Le sujet a déjà été abordé dans d'autres pièces anglophones. Le roi Henri II et son ami Becket ont bien existé, ils se sont opposés et le roi a fait tuer l'archevêque.
Toutefois, Jean Anouilh ne s'intéresse pas particulièrement à la reconstitution historique.
Il s'agit en effet avant tout d'un prétexte pour discuter les relations humaines. Ce qui intéresse le dramaturge, c'est avant tout le drame de l'amitié.

II

Le principe d'opposition

A

Les personnalités des personnages

Becket est un homme qui semble animé par quelque chose de plus profond que ce qu'il paraît. En effet, s'il accepte de participer aux amusements de son ami le roi, il paraît néanmoins mélancolique. À plusieurs reprises, ses propos sont énigmatiques. Il est en quête de sens et connaît une profonde évolution au cours de la pièce. En devenant archevêque, il semble trouver un sens à sa vie. Le devoir devient ce qu'il y a de plus important.
Le roi est un personnage qui est montré comme beaucoup plus amusant, rustre et parfois même peu réfléchi. Il aime avant tout s'amuser. Il ne supporte pas d'avoir perdu son ami, mais sans doute car il ne supporte pas l'idée que Becket ne l'appréciait pas vraiment.

B

Le conflit

La pièce peut se lire comme un conflit entre un Saxon et un Normand, mais aussi comme un conflit entre le roi et l'Église.
Le conflit qui oppose les deux hommes est avant tout humain. C'est un drame de l'amitié. Le roi comprend que Becket ne l'aimait pas beaucoup. Il est surtout déçu parce qu'il se sent trahi, délaissé.