Mondo et autres histoiresProfil d'œuvre

Mondo et autres histoires

Jean-Marie Gustave Le Clézio

1978

Les huit nouvelles du recueil suivent l'histoire d'enfants qui apprennent à vivre dans le monde adulte. Leur relation à la nature est très importante.
Mondo est un gentil et affectueux garçon qui se régénère dans la lumière du soleil couchant. Lullaby est une jeune fille qui décide de ne plus aller au lycée et passe ses journées au bord de la mer. Jon entreprend d'escalader une montagne pour atteindre Dieu et toucher le ciel.

Juba est un jeune berger qui fait tourner la roue d'eau, qui représente la vie réelle et vie rêvée. Daniel refuse d'aller à l'école car il préfère découvrir la mer qu'il n'avait jamais vue. Martin est celui qui guide les habitants d'un bidonville qui va être rasé et leur montre de nouveaux chemins.
Petite Croix est une petite fille aveugle qui aime sentir sur elle le soleil. Gaspar s'intéresse à la nature et au ciel.

I

L'enfance

Toutes les nouvelles abordent le thème de l’enfance. Souvent, les histoires sont nostalgiques, elles traitent de l’innocence, du regard de l’enfant qui va nécessairement se perdre.
L'enfant représente la pureté, il voit le monde avec des yeux différents, il est capable de découvrir, de vivre réellement, contrairement aux adultes qui sont souvent seuls. L’enfant représente la lumière, à l’image de Petite Croix qui a besoin de sentir sa chaleur sur sa peau, ou de Lullaby qui observe comment elle fait scintiller la mer. Les enfants sont la liberté.

II

Un hymne à la nature

L'auteur analyse la relation des enfants à la nature. Deux héros de nouvelles décident de ne plus aller à l'école pour rester près de la mer. Tous les enfants du livre veulent avoir un rapport vrai à la nature. Ils partent à sa découverte.
L'auteur entend prouver que la vie n'a pas de sens si on ne s'intéresse pas à la nature, si on n'essaie pas d'être proche d'elle, de la comprendre. L'Homme a besoin de la nature. Elle est parfois décrite comme terrifiante, mystérieuse, mais elle est toujours fascinante, et a même parfois quelque chose de magique.

III

Des récits initiatiques

A

Le rapport au temps

L’auteur développe l’idée du temps qui passe, irrémédiablement. Les enfants essaient d’y échapper, se coupant du monde et se plongeant dans un autre espace-temps, où la nature est reine.
Le temps semble suspendu dans les nouvelles. Une analyse de l’emploi des temps et de la façon dont l’auteur passe de l’un à l’autre est donc tout à fait intéressante pour l’étude des nouvelles.

B

Une critique de la société

L'auteur dénonce la façon dont l'homme contemporain se voit comme le centre de l'univers. Il propose au contraire une réconciliation avec la nature, un nouveau rapport au monde. Tous les enfants semblent ouverts, prêts à la rencontre, à découvrir l'inconnu, car ils ne pensent pas qu'à eux.
L'auteur met en avant l'importance de connaître les autres, de s'ouvrir, et de ne pas rester centré sur soi.