Nommer une figure de style donnée dans un texteExercice fondamental

Comment appelle-t-on les figures en gras dans les textes suivants ?

« Sa figure fraîche comme une première gelée d'automne, ses yeux ridés, dont l'expression passe du sourire prescrit aux danseuses à l'amer renfrognement de l'escompteur, enfin toute sa personne explique la pension, comme la pension implique sa personne. »

Honoré de Balzac, Le Père Goriot, 1835

« Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés

Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes. »

Charles Baudelaire, « L'Invitation au voyage », Les Fleurs du Mal, 1857

« Votre digne moitié couchée entre des fleurs,
Tout près d'ici m'est apparue ;
Et je l'ai d'abord reconnue.
Ami, m'a-t-elle dit, garde que ce convoi,
Quand je vais chez les Dieux, ne t'oblige à des larmes.
Aux Champs Élysiens j'ai goûté mille charmes,
Conversant avec ceux qui sont saints comme moi.
Laisse agir quelque temps le désespoir du Roi.
J'y prends plaisir
. À peine on eut ouï la chose,
Qu'on se mit à crier : Miracle, apothéose ! »

Jean de La Fontaine, « Les Obsèques de la Lionne », Fables, 1678

« Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit. »

Arthur Rimbaud, « Le Dormeur du val », Les Cahiers de Douai, 1919

« Ah ! Oh ! Je suis blessé, je suis troué, je suis perforé, je suis administré, je suis enterré. »

Alfred Jarry, Ubu roi, 1896