Les Caractères Profil d'œuvre

Les Caractères

Jean de La Bruyère

1688

La Bruyère a traduit Les Caractères de Théophraste, du grec au français. Au fur et à mesure des éditions, il ajoute ses propres caractères "ou les mœurs de ce siècle". L'auteur y traite de divers sujets, comme l'esprit, le mérite, les femmes, le cœur, la conversation. Il analyse surtout l'esprit de la cour, les injustices, les jugements.

L'œuvre est pleine d'humour même si elle est plutôt pessimiste. Elle est faite de portraits, de scènes de la vie de tous les jours. On parle parfois de drames ou de petites comédies, ou encore de maximes, dissertations ou sermons. La Bruyère s'inspire de Montaigne, Pascal et La Rochefoucauld. Il se fait donc moraliste, puisque le but est d'amuser et d'instruire en parlant des moeurs de son époque. Son œuvre se fonde donc sur l'argumentation.

I

Sur l'auteur

Jean de La Bruyère est né à Paris en 1645. Il est éduqué au collège de l'ordre des oratoriens, puis il passe une licence de droit. Il achète un office de trésorier à Caen. En 1684, il devient le précepteur du petit-fils de Condé, un poste qui va beaucoup lui servir et lui permettre de gagner de l'importance. Les Caractères est son œuvre la plus connue. L'ouvrage est réimprimé plusieurs fois l'année de sa parution.
La Bruyère entre à l'Académie française en 1693. Il meurt trois ans plus tard d'une crise d'apoplexie.

II

Des textes satiriques

A

Les cibles

Dans sa préface, La Bruyère explique qu'il veut mettre à jour les vices humains pour mieux les corriger. Il a pour cibles principales l'Église, la monarchie et la cour.
La Bruyère s'attaque aussi aux riches, à la haute bourgeoisie et à l'aristocratie. Il est très virulent. Il dénonce la corruption et l'injustice de la société. Il montre comment les plus démunis sont toujours les victimes du gouvernement. Le tiers état est réduit à la misère. L'auteur conteste les valeurs en place et demande plus de justice, plus d'attention portée à ceux qui en ont vraiment besoin. Il s'inscrit dans ce sens dans le mouvement des Lumières qui va naître un peu plus tard, au XVIIIe siècle.

B

Une satire

Pour se moquer, La Bruyère utilise principalement la satire. Dans "De la cour", il fait une critique sévère de la débauche et de l'alcoolisme qui règne à la cour. Il souligne la coquetterie des femmes et critique l'hypocrisie et la dissimulation. Il explique ainsi comment les hommes portent des perruques pour mieux se cacher.
Mais au-delà de la satire de l'aristocratie, La Bruyère offre une satire de la monarchie et du roi divin. Il dénonce la soumission totale au monarque, et montre comment finalement le roi prend la place de Dieu dans ce genre de gouvernement. La tonalité du texte est donc très virulente.

Celui-là chez eux est sobre et modéré, qui ne s'enivre que de vin : l'usage trop fréquent qu'ils en ont fait le leur a rendu insipide ; ils cherchent à réveiller leur goût déjà éteint par des eaux-de-vie, et par toutes les liqueurs les plus violentes ; il ne manque à leur débauche que de boire de l'eau-forte. Les femmes du pays précipitent le déclin de leur beauté par des artifices qu'elles croient servir à les rendre belles : leur coutume est de peindre leurs lèvres, leurs joues, leurs sourcils et leurs épaules, qu'elles étalent avec leur gorge, leurs bras et leurs oreilles, comme si elles craignaient de cacher l'endroit par où elles pourraient plaire, ou de ne pas se montrer assez.

La Bruyère

"De la cour", Les Caractères

1688

III

Une œuvre classique qui s'appuie sur les portraits

A

Un portraitiste

Le succès et l'intérêt de l'œuvre reposent en grande partie sur la façon dont l'auteur fait des portraits. En effet, il a un sens du détail et de l'observation très prononcé. Il est très pittoresque, il utilise beaucoup d'anecdotes. Il sait peindre la personnalité d'un homme en quelques phrases.
La Bruyère use de beaucoup de procédés littéraires et principalement d'ironie. Il donne une dimension universelle à ces portraits, car chaque portrait devient une illustration d'un défaut, d'un caractère, d'un vice. On se détache du singulier pour aller vers le général, le portrait type.

B

Le classicisme

Les Caractères s'inspire de plusieurs auteurs, Montaigne, Homère, Térence, Virgile, Molière, Corneille et Racine. Parmi ses contemporains, La Bruyère apprécie particulièrement Boileau et La Fontaine. Il se place donc dans la lignée du classicisme. Il respecte la bienséance, le bon goût, il travaille précisément sur la langue. Il imite surtout les Anciens, comme Aristote.
Dans la Querelle qui oppose les Anciens et les Modernes, La Bruyère prend le parti des anciens. Les mœurs et les règles classiques sont à défendre. Lorsque La Bruyère est élu à l'Académie française en 1693, on parle de victoire des Anciens. Pourtant, l'étude de son œuvre montre bien qu'il s'oppose à certaines choses liées au classicisme, et on le rapproche parfois d'un Moderne.