Devenir Premium
Se connecter
ou

Méditations poétiques Profil d'œuvre

Méditations poétiques

Alphone de Lamartine

1820

La première édition du recueil comporte vingt-quatre poèmes. Les poèmes sont caractérisés par une tonalité élégiaque. On y trouve de nombreuses références à la mythologie, des exclamations, des interrogations. Le lyrisme est très utilisé, le jeune poète utilise les moments tristes et heureux de sa vie. Le recueil est plein des soupirs de Lamartine. Il parle de ses espérances et ses désespoirs. L'angoisse est un thème récurrent. Mais le poète trouve du réconfort dans la nature, qui devient une amie. Avec lyrisme, le poète décrit des paysages qui lui rappellent son enfance.

Méditations poétiques est considéré comme un manifeste de la poésie romantique. Lamartine aborde les différents thèmes du genre. Il décrit surtout le sentiment d'isolement, la peine. Julie Charles, l'amante du poète, est morte d'une tuberculose en 1817. Lamartine exploite son chagrin. Peu après sa mort, il revient sur les lieux où ils se sont rencontrés. Il est étonné de voir que rien n'a changé. Le souvenir l'emporte dans la mélancolie et nostalgie. Il parle de mourir, de rejoindre la femme qu'il aime. Il évoque la douloureuse blessure qui l'accable depuis la mort de l'être aimé. Il se plonge dans des pensées sombres. Il maudit la vie. C'est cette idée qui domine le recueil.

I

Un poète romantique

A

Une vie

Lamartine est marqué par la révolution de 1830. Il arrête sa carrière diplomatique et entame sa carrière politique. Il est également touché par la mort de sa fille à la même époque. Apolitique, Lamartine refuse d'appartenir à un bord politique. Il écrit alors une fresque poétique, Jocelyn sur la foi, la charité, l'amour et la mort. Il utilise des événements biographiques.
Il s'intéresse bientôt au caractère social de la politique. Il rejette les crimes révolutionnaires. Il s'oppose ainsi aux émeutes de 1848. Pendant le Second Empire, sa carrière politique s'effondre, il devient pauvre. Il continue d'écrire.
C'est un homme romantique, qui utilise sa vie et ses émotions pour décrire dans ses écrits la réalité de son époque.

B

Le style des poèmes

L'inspiration de Lamartine vient beaucoup de ses souvenirs. C'est un auteur à part, car il utilise aussi bien son imagination et ses rêveries à des fins lyriques, que la politique pour écrire des pamphlets comme L'Histoire des Girondins. À la fois dans son temps et dans le passé, il ne cesse de surprendre.
Le poète rejette la technique littéraire et la recherche esthétique du vers. Il préfère l'inspiration à l'état pur, et remanie ensuite ses vers. Il est en quête d'harmonie plus que de perfection. L'accord des rimes et le souci du rythme dominent sa production littéraire.

II

L'éloge de la nature

Nous prendrons deux exemples de poèmes pour montrer comment la nature a influencé le poète, et la façon dont il en fait l'éloge.

A

Le lac

"Le Lac gagnant" est un poème romantique qui met en scène un lieu aimé. Le titre du poème évoque un refuge où le poète et sa compagne ont été. La nature garde la trace de leur bonheur. Elle est symbolisée principalement par l'élément liquide, par le lac. Mais Lamartine évoque aussi le vent, l'air, les roches, les grottes, les rocs. Les arbres, les sapins, la forêt, le roseau, toutes ces mentions permettent d'imaginer un lieu plein de verdure. C'est un cadre merveilleux, et alors que le temps passe en entraînant tout, la nature semble ne pas changer. Elle reste là, elle préserve les sentiments et les souvenirs. Le poète parle à la nature, lui demande de témoigner. La nature est donc un miroir des émotions de l'Homme.

B

Le vallon

Une image méliorative de la nature est donnée dans le poème "Le Vallon". La nature est accueillante, elle est un refuge maternel : "Plonge-toi dans son sein qu'elle t'ouvre toujours". C'est un être consolateur et protecteur, la nature est une seconde mère. Surtout, la nature ne change jamais. Elle reste la même, ce qui signifie qu'elle protégera toujours. Elle symbolise la figure maternelle permanente, harmonieuse, pleine de lumière et d'espoir. L'Homme se doit d'aimer la nature, mais aussi de l'adorer. Elle est la preuve que Dieu existe, puisqu'elle demeure éternellement, qu'elle réconforte, qu'elle protège.

III

Une peinture de l'être humain

A

L'expression des sentiments

Dans la préface des Méditations poétiques, Lamartine explique comment la sensibilité et les sentiments sont devenus sa source première d'inspiration. Il se libère des règles classiques qu'il trouve trop rigoureuses. C'est l'expression du désespoir, de l'amour, de la frustration qui doit faire la poésie, et non la forme. Les sentiments, contrairement à la forme classique, sont universels. On ne parle pas que de soi quand on exprime sa peine ou son amour, ou parle de l'humanité tout entière. Les sentiments sont aussi la meilleure façon de parler de la force mystique qui anime l'âme. Ils en sont l'expression même. Puisque l'Homme est donc le résultat de ses émotions, la poésie, pour être réellement au plus près de lui, se doit d'être aussi pleine de sentiments.

B

La mort

Comme tout poète romantique, Lamartine est très touché par l'idée de la mort. La mélancolie, le chagrin, la perte sont des sujets qu'il affectionne. Les différentes épreuves qu'il a vécues, les échecs, lui font prendre conscience que tout a une fin. De plus, son éducation religieuse est synonyme d'une grande piété, d'un grand respect pour Dieu. La vie a une fin, même si ensuite il existe le Paradis.
C'est surtout la perte de son amante qui inspire à Lamartine ses plus beaux vers sur la mort, la mélancolie, le désespoir.

Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé.

Lamartine

"Le Lac", Méditations poétiques

1820