Eugénie GrandetProfil d'œuvre

Eugénie Grandet

Balzac

1839

Félix Grandet est un homme très avare. Il fait attention à son argent et ment à sa femme, sa fille Eugénie et sa servante Nanon, affirmant qu'ils sont pauvres.

Pour les villageois, Eugénie Grandet représente le meilleur parti de la ville. Deux hommes la courtisent. Eugénie est très naïve, elle ne se doute pas qu'on veut son argent.

Charles Grandet, son cousin, arrive bientôt chez eux. Le père de Charles l'a envoyé chez son oncle car il a fait faillite. Il se suicide. Félix apprend la terrible nouvelle à Charles.
Charles et Eugénie tombent amoureux, alors que Félix tente d'éloigner son neveu et de rembourser les dettes de son frère sans trop dépenser sa fortune. Charles doit partir, Eugénie lui donne ses pièces d'or, ce qui met Félix dans une grande colère.

Madame Grandet tombe malade et meurt. Félix persuade sa fille de renoncer à son héritage. Elle accepte de lui donner. Il meurt ensuite, obnubilé simplement par son argent. Eugénie et Nanon sont seules.

Charles a fait fortune en Inde. Il rentre à Paris mais est devenu cynique. Il envisage un mariage avec une femme riche, la marquise d'Aubrion, ignorant qu'Eugénie a beaucoup d'argent. Il refuse aussi de régler les dettes de son père. Eugénie décide alors de le faire, et épouse le président de Bonfons. Charles apprend que la jeune femme est riche, mais il est trop tard.

I

Des personnages symboliques

A

Grandet ou l'avarice

Félix Grandet est présenté comme un vieil homme avare et avide. Il soumet ses proches à son avarice. Il est obnubilé par sa fortune. Lorsqu'il apprend que sa fille a donné de l'argent à Charles, il devient fou de rage, ce qui provoque la maladie de sa femme.
Ce n'est pas un homme qui a du cœur. Lorsque son frère et sa femme meurent, il ne pense qu'à l'argent. Il refuse de rembourser les dettes de son frère et prend l'héritage de sa fille. C'est un homme intéressé qui meurt en ne pensant qu'à son or.

B

Le cynisme de Charles

C'est un jeune homme qui a vécu une vie de plaisirs à Paris avant d’arriver chez son oncle. Il est assez innocent au début du roman. Il tombe amoureux de sa cousine car elle est douce, simple, et l’aide après le suicide de son père.
Mais Charles veut se venger, il veut retrouver sa fortune perdue. Il revient d’Inde changé. Comme son oncle, il se met à préférer l’argent aux relations humaines, et perd Eugénie en se mariant à une comtesse. Il est cynique, il sacrifie l'amour pour une position sociale et la richesse.

C

L'innocence d'Eugénie

Eugénie est profondément naïve. Elle n'imagine pas que les autres puissent être mauvais. Elle croit tout ce qu'on lui dit. Mais c'est aussi une personne douce et généreuse. Elle est très différente de son père. Elle aide Charles, qu'elle aime profondément. Elle ne peut comprendre sa trahison quand il épouse une autre.
Contrairement à Charles, Eugénie ne devient pas dure avec l'âge. Sa vie durant, elle fait de bonnes actions, comme pour réparer le mal de son père. Elle est néanmoins désillusionnée par la vie.

II

Une satire

A

Une peinture de la vie provinciale

Balzac parvient à rendre l'atmosphère étouffante d'une petite ville de province. Il décrit la vie des bourgeois dans la ville. Il montre les intrigues, les luttes pour le pouvoir et l'argent. Il décrit surtout l'hypocrisie des bourgeois qui ne sont animés que par l'argent (à l'image des hommes qui courtisent Eugénie pour sa fortune). Très ironique, l'auteur peint des personnages centrés sur eux-mêmes.
Comme dans Les Petits Bourgeois, Balzac s'en prend dans ce roman à la bourgeoisie, qui se développe beaucoup à son époque. On appelle quelqu'un comme le père Grandet un "col blanc", c'est-à-dire un homme de la classe moyenne, sans véritable éducation. Balzac n'est pas tendre dans le portrait qu'il en fait.

B

Une dénonciation de l'opportunisme

Grandet a fait sa fortune grâce aux événements politiques de son pays. Balzac montre comment il s'est enrichi au détriment des autres. Ainsi, une révolution lui a permis de racheter des abbayes et produire du vin. Parce qu'il est maire, Grandet peut protéger ses biens plus habilement. Sous l'Empire, ses amis notaires l'aident à pratiquer l'usure. Pendant la Restauration, il parvient également à se faire de l'argent. Balzac dénonce le capitalisme qui se met en place.
Balzac est souvent associé, à tort, à un défenseur des faibles et des plus pauvres. En vérité, il se dresse contre la nouvelle société qui apparaît, les pertes de valeurs de la noblesse, le développement d'une nouvelle classe sociale qu'il associe à l'opportunisme et à la bêtise.

III

Un roman réaliste

Le mouvement réaliste se développe au XIXe siècle. Il rend compte des bouleversements qui se produisent en Europe à cette époque. En effet, le révolution industrielle transforme complètement la société française. La bourgeoisie prend de plus en plus d'importance et devient la classe dominante. La classe ouvrière se développe.
Balzac entreprend d'écrire La Comédie humaine, une fresque sur la société de son temps, la Restauration. Il est animé par un souci du détail. Il représente la vie de province dans Eugénie Grandet, mais aussi la vie parisienne dans César Birotteau ou la vie à la campagne dans Le Lys dans la vallée. Il a écrit près de de quatre-vingt-dix romans qui sont inscrits dans cette fresque.