Les MisérablesProfil d'œuvre

Les Misérables

Victor Hugo

1862

Jean Valjean a été envoyé au bagne car il a volé du pain. Il est libéré et on lui donne un passeport jaune, c'est-à-dire un passeport de forçat. Où qu'il aille, il est mal vu. Monseigneur Myriel, un évêque, l'accueille avec charité. Jean Valjean lui vole de l'argenterie, mais lorsque les gendarmes l'attrapent, Myriel assure qu'il lui a offert ces objets, et lui donne même deux chandeliers.

Jean Valjean change d'identité et devient Monsieur Madeleine. Devenu un homme riche et prospère qui aide les autres, il est désormais maire de Montreuil-sur-Mer et reçoit la Légion d'honneur. Mais le policier Javert est persuadé qu'il est Jean Valjean. Cependant, la police arrête un autre homme accusé d'être Valjean. Monsieur Madeleine ne peut laisser accuser un innocent et révèle son identité avant de s'enfuir.

Avant de révéler la vérité, il a aidé une prostituée, Fantine, et a promis de s'occuper de sa fille Cosette. Fantine meurt. Valjean s'évade du bagne et va chercher Cosette chez les Thénardier, des gens cruels.

Valjean et Cosette vivent ensemble. Elle est devenue une belle jeune fille. Le jeune Marius tombe amoureux d'elle. Les personnages se trouvent alors à Paris, au moment des émeutes. Jean Valjean sauve la vie de Javert, mais aussi celle de Marius lors d'une émeute. Javert ne peut vivre en ayant été sauvé par Valjean. Il se suicide.

Marius et Cosette se marient. Marius éloigne Valjean de Cosette quand il apprend qui il est vraiment. Cependant, lorsqu'il apprend que Valjean est l'homme qui l'a sauvé, il va le voir avec Cosette. Jean Valjean meurt en ayant revu sa chère Cosette.

I

Une fresque historique

A

Les événements historiques

Victor Hugo situe son histoire dans une France bouleversée par les révolutions. L'incertitude politique règne. La bataille de Waterloo et la chute de Napoléon sont racontées.
Victor Hugo relate également la bataille de la barricade à Paris, qui se transforme en bain de sang. Les événements historiques servent ainsi de toile de fond à l'histoire principale.
Il dépeint particulièrement l'insurrection républicaine parisienne de 1832.
De plus, le conflit entre Monsieur Gillenormand et le colonel Georges Pontmercy est une allusion à l'opposition entre deux opinions dominantes dans la société française de l'époque, le bonapartisme et le royalisme.

B

Une peinture réaliste de la société

Victor Hugo fait preuve de réalisme dans ses descriptions. Il peint la misère sociale, le bagne, le travail difficile dans les ateliers, la prostitution. Il montre comment les pauvres essaient de survivre (Fantine), comment certaines personnes utilisent la misère des autres (les Thénardier). L'auteur raconte également la soif des jeunes gens pour la liberté, et donc la République, avec des personnages comme Marius et ses amis qui se battent pour l'égalité.
Si Victor Hugo reste avant tout un auteur profondément romantique, on peut dire qu'il est un des précurseurs du réalisme, avec Stendhal.

II

Une critique de la société

A

Le système judiciaire

Le roman est d'abord une critique de la société et, en particulier du système judiciaire. Jean Valjean est puni pour sa pauvreté. En effet, il a volé du pain pour nourrir sa famille.
Sa punition est injuste, disproportionnée. Javert représente la justice dure, intransigeante, qui n'aide pas et ne propose pas de seconde chance. C'est une justice qui punit durement, et surtout les pauvres. Hugo la dénonce fermement car elle accable toujours les mêmes.

B

La misère sociale

Victor Hugo dénonce la misère sociale, en peignant des personnages émouvants pour lesquels le lecteur a de l'empathie. Fantine incarne à la perfection l'innocence corrompue par la pauvreté. Elle est forcée de donner ses cheveux et ses dents pour vivre et se prostitue.
Victor Hugo assure que la prostitution n'est pas différente de l'esclavage et s'insurge contre cette pratique. Il montre comment un personnage moral est obligé de se rabaisser pour vivre.
Mais Fantine n'est pas le seul personnage misérable de l'histoire. Cosette vit également dans un dénuement terrifiant, elle est utilisée par les Thénardier comme si elle était une esclave.
Jean Valjean lui-même au début du roman est un homme très pauvre. La seule raison pour laquelle il a volé du pain est qu'il souhaitait nourrir sa sœur.

III

Le Bien et le Mal

A

Des personnages manichéens

L’histoire suit la rédemption de Jean Valjean. Grâce au monseigneur Myriel, il a réussi à devenir un homme honnête. En effet, la gentillesse d’un homme a permis à Valjean de devenir un homme bon et honnête.
Les personnages sont divisés entre les bons, comme Marius, Cosette et Valjean, et les mauvais, comme les Thénardier.
Le statut de Javert est plus particulier.
Si les descriptions de Victor Hugo sont donc réalistes, la façon dont il caractérise ses personnages est très éloignée de ce que feront Balzac et les réalistes plus tard. Il peint des personnages presque caricaturaux, qui représentent une idée.

B

L'amour et la rédemption

Victor Hugo montre que l’amour et la compassion peuvent sauver les hommes. Si l’œuvre est très sombre par moments, elle se clôt néanmoins sur un mariage d’amour, et la reconnaissance de Marius pour Jean Valjean. Victor Hugo fait donc preuve d’optimisme. Les méchants sont punis, les bons sont récompensés.
Bien sûr, le personnage de Fantine reste un être qui a souffert et est mort dans la souffrance. Mais sa fille a été sauvée grâce à ce qu'elle a tenté de faire pour elle.
Victor Hugo montre ainsi comment la bonté d'un homme a permis de sauver l'âme de Jean Valjean. La compassion et la générosité engendrent la bonté.