HernaniProfil d'œuvre

Hernani

Victor Hugo

1830

Le roi d'Espagne, Don Carlos, s'introduit dans la chambre de Dona Sol dont il est secrètement amoureux. Il se cache et observe Dona Sol qui reçoit Hernani, un homme dont le père a été exécuté sur ordre du père de Don Carlos. Les deux jeunes gens sont amoureux, bien que Dona Sol soit fiancée à Don Ruy Gomez de Silva, son oncle. Le roi sort de sa cachette et les deux hommes sont prêts à se battre, mais finalement interrompus. Seul, Hernani parle de sa haine envers l'homme qui a assassiné son père. Il prépare sa vengeance.

Le lendemain, Don Carlos enlève Dona Sol. Hernani arrive à temps pour la sauver et propose un duel au roi. Don Carlos refuse. Hernani le laisse partir, puis s'enfuit pour ne pas être rattrapé par l'armée. Il est déclaré mort.

Le jour du mariage de Don Ruy Gomez et Dona Sol, Hernani, déguisé en pèlerin, se rend au château de Silva. Le duc lui offre son hospitalité. Le roi arrive et exige qu'il lui soit livré, ou il fera Dona Sol prisonnière. Le duc refuse d'obéir et Dona Sol est enlevée. Don Ruy Gomez et Hernani mettent en place un plan pour tuer le roi. Hernani offre sa vie à Don Ruy Gomez.

Don Carlos est dans le tombeau de Charlemagne pour méditer. Ceux qui complotent contre lui, ignorant qu'il est le roi, se réunissent ici aussi pour décider qui va le tuer. Le roi sort de sa cachette et ordonne que les coupables soient arrêtés. Hernani révèle alors son identité. Il est Jean d'Aragon, fils d'un grand d'Espagne assassiné. Dona Sol plaide sa cause, et le roi accepte de pardonner aux conjurés et autorise le mariage de Dona Sol et Hernani.

Après la cérémonie, le duc, masqué, rappelle à Hernani la promesse qu'il lui a faite. Dona Sol supplie le duc, mais ce dernier ne veut rien entendre. Il donne à Hernani du poison. La jeune femme en boit la moitié, Hernani la termine. Les deux amoureux meurent. Don Ruy Gomez se poignarde.

I

Une œuvre novatrice

A

Une esthétique nouvelle

Dans la préface de Cromwell, Victor Hugo affirme sa volonté de bâtir une esthétique nouvelle. Il assure qu'il faut briser les règles du théâtre classique et réaffirmer l'ambition du romantisme. Hernani est ainsi libéré de toutes les contraintes classiques. Il n'y a pas d'unité de lieu, la scène se passe à plusieurs endroits : Saragosse, dans les montagnes d'Aragon, à Aix-la-Chapelle.
Il n'y a pas non plus d'unité de temps. Le drame s'étale sur plusieurs mois. Il n'y a pas non plus d'unité d'action. En effet, l'intrigue est complexe. On suit à la fois une histoire sentimentale et une histoire politique.
Enfin, les règles de vraisemblance et de bienséance sont négligées. Les actes des personnages sont héroïques et épiques, le spectacle est ce qui compte le plus.

B

Un nouveau genre : le drame romantique

La pièce introduit un nouveau genre qu'on appelle le drame romantique. Elle rompt avec le théâtre traditionnel par sa forme. En effet, Victor Hugo n'utilise pas les alexandrins, ce qui était obligatoire à l'époque classique. Il préfère les vers acrobatiques.
Le sujet de la pièce est également audacieux. L'auteur exalte l'amour impossible, il ose des situations qui peuvent paraître improbables, et il dénonce le pouvoir. Surtout, Victor Hugo prône le mélange des genres. Il pense que comique et tragique doivent être mêlés. Il assure que la vie elle-même n'est jamais tout à fait drôle ou triste. Ainsi, le drame romantique se veut "une peinture totale de la nature".
Le modèle de Victor Hugo est Shakespeare. Si ce dernier était déjà connu en France avant Victor Hugo, c'est bien lui qui l'a défendu le mieux. Il l'estime supérieur à tous les auteurs classiques, car justement il écrit des pièces où tragédie et comédie se côtoient.

II

Le scandale

A

La bataille d'Hernani

Avant même d'être joué, le drame de Victor Hugo provoque un scandale. Les jeunes auteurs de l'époque s'affrontent, entre ceux qui défendent ce nouveau genre et ceux qui le condamnent.
Le jour de la première représentation de la pièce, Théophile Gautier, Alexandre Dumas, Balzac et Nerval, amis de l'auteur, vont le soutenir et s'opposent ainsi aux partisans du théâtre traditionnel. La pièce est jouée devant une salle houleuse. Les clans se disputent, et l'on raconte même que certains se sont battus. Ce sont donc les classiques contre les romantiques, les Anciens contre les Modernes. La bataille d'Hernani est devenue un véritable mythe.

B

Les deux camps

Les romantiques applaudissent la pièce malgré les cris des classiques. Souvent, les romantiques sont jeunes, alors que les classiques sont plus vieux. Téophile Gautier écrira : "N'était-il pas tout simple d'opposer la jeunesse à la décrépitude, les crinières aux crânes chauves, l'enthousiasme à la routine, l'avenir au passé ?"
Pendant plus d'un mois, les romantiques assistent aux représentations et défendent la pièce. Les acteurs jouent parfois pendant cinq heures à cause des débats dans la salle. Peu à peu, l'opposition perd. Ce sont les romantiques qui gagnent. Le succès de la pièce est immense. Victor Hugo devient le chef de file du mouvement romantique.

III

L'amour et le pouvoir dans la pièce

A

La passion amoureuse

L'amour entre Hernani et Dona Sol suit des valeurs chevaleresques. La fidélité absolue est indispensable, ainsi que la vénération de la femme aimée. Le roi est montré comme capricieux, le duc égoïste ; Hernani et Dona Sol s'aiment d'une passion authentique et véritable.
Dona Sol est un personnage lumineux et bon qui apaise le héros accablé par son destin. Ils s'aiment sous le regard de Dieu. Leur union est harmonieuse : ils ont le même âge, les mêmes valeurs, le même rang. Ils sont dévoués. Cet amour les pousse à s'unir jusque dans la mort. Victor Hugo s'est inspiré de Roméo et Juliette de Shakespeare pour sa pièce.

B

Un héros en lutte contre le pouvoir

Le héros romantique est un personnage révolté. Ses actions le poussent à se heurter au pouvoir, et à sa violence. Hernani est un héros solitaire, déchiré. Il cherche son identité, il veut venger son père et réparer l'injustice qui lui a été faite.
Hernani est un aristocrate, un grand d'Espagne. L'exécution de son père l'a privé de ses biens, de son titre. Il est devenu misérable. Il ne peut plus compter que sur lui-même pour réparer le mal qui a été fait à sa famille.

Soyons heureux ! buvons, car la coupe est remplie ; cette heure est à nous, et le reste est folie !

Victor Hugo

Hernani, II, 4

1830